lundi 21 mai 2007

Simonetta Vespucci éternelle

Après le 26 avril 1476 Julien de Médicis encourage les écrivains de son cercle littéraire à écrire des vers pour se souvenir de la femme qu’il a aimée.
Simonetta serait passée dans l'histoire comme les autres figures féminines du passé, s'il n'y avait pas eu - parmi beaucoup - deux artistes sans pareille et conquis par elle, qui témoignèrent passionnément, du cadeau de la beauté universellement reconnue: Botticelli et Poliziano. L’un par la peinture, l’autre par la poésie.

La singularité du témoignage de Botticelli est liée au fait que les deux jeunes, Julien et Simonetta, restèrent ses modèles idéaux même lorsque les deux furent morts depuis longtemps.
Les tableaux où elle servit de modèle continuent de faire parler d'elle :
Le printemps (dans le rôle de Flore),
La naissance de Vénus (dans le rôle de Vénus bien sûr, et nue s'il vous plaît, avec chevelure irrésistible de grande pécheresse).
Botticelli connaissait le golfe de La Spezia dit antiquement Golfus Veneris, où Simonetta naquit.
Il la représenta en Vénus nue, debout sur un coquillage, sortant de l’écume blanche de la mer Egée, pressant ses boucles d’une main et couvrant son sein de l’autre, voguant vers la terre, comme un cadeau de la mer faite aux Florentins.
Lui qui la prit pour modèle on ne sait combien de fois, et qui ne pu jamais, une fois rencontrée, s'empêcher de peindre la Beauté sans penser à elle mourut en 1510 et voulu être enterré dans l’église Ognissanti, près de la tombe de Simonetta.
Autre testimonial de Simonetta fut Piero de Cosimo, peintre florentin à peine plus jeune qu’elle, auteur d’un portrait célèbre aujourd’hui conservé au Musée Condé de Chantilly en France.
Piero de Cosimo étant trop jeune au décès de Simonetta, il ne peut s’agir que d’un portrait posthume. La jeune femme est représentée le buste nu, ce qui est très rare à la Renaissance. Par contre, la représentation de profil est caractéristique de cette époque. Le front très bombé (les femmes de la Renaissance s’épilaient couramment le front) et le nez retroussé se retrouvent souvent dans l’œuvre de Piero di Cosimo. Le peintre n’a pas cherché à faire un portrait ressemblant de Simonetta, mais une représentation de la beauté idéalisée de celle qu’on appelait « l’idole de Florence ».
Le tableau est construit sur un jeu d’antithèses :

Des éléments opposés se trouvent représentés côte à côte, réunis pour créer un seul paysage.

Le côté gauche évoque les collines de Toscane, la vue de Florence depuis les jardins Boboli tandis qu’à droite, Portovenere.
Beau temps/mauvais temps.
Obscurité/lumière (la seule vraie lumière est captée par le visage, peint "légèrement surexposé").
Présent/passé (portrait posthume).
Vie/mort, Pleine santé versus tuberculose à 23 ans
À droite du tableau les arbres sont vivants, avec de belles feuilles. À gauche, prenant presque tout l'espace, un grand arbre n'est plus que carcasse qui dresse désespérément vers le ciel ses branches mortes.
Le serpent est à la fois le Mal, la tentation, la séduction, mais aussi la vie éternelle dans le christianisme primitif, tout en créant une force érotique certaine due au contact de son corps avec la peau si fine de la belle Simonetta.Attirance/répulsion,
Beauté idéalisée sublimée universelle de la Renaissance/Beauté diabolisée du Moyen-âge.Le serpent est là aussi pour dire le mal qui la ronge invisible (intérieur) qu'elle porte dans cette poitrine si belle de l'extérieur. Intérieur/extérieur.
Que faire face à ce destin tragique ?
Piero di Cosimo est idéaliste :
Simonetta reste de marbre.
Elle regarde devant elle, loin, étrangère à ce qui se passe, à son environnement, à celui qui la peint ou la regarde.La lumière sur son visage lui donne calme, sérénité intérieures.Elle devient la Perfection, l'Éternité.


En savoir plus:
 

 

Commander le livre:

http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782748398557

3 commentaires:

  1. Merci pour cette très belle analyse. Très appréciée et bonne.

    RépondreSupprimer
  2. Simonetta Vespucci ! Un nom que je n'oublierai plus jamais... Belle découverte pleine de malice.

    Anitchou, l'auteur du blog :
    CAPTURES PHOTOGRAPHIQUES
    ou http://anikphotos.canalblog.com/

    RépondreSupprimer
  3. good points and the details are more specific than elsewhere, thanks.

    - Murk

    RépondreSupprimer

Vous pouvez me laisser un petit commentaire...