vendredi 16 juin 2017

Le temps coule au jardin

Et le soleil brille sur tout ce petit monde.






Le chat sait où est la meilleure place...






Tous les légumes poussent vite et bien.


Pendant ce temps, mon livre continue sa vie de roman...

Des tas de nouveaux Tweets, nouvelles critiques Babelio, amazon et autres s'entassent au fil des pages internet.

RECOMMANDÉ PAR CULTURE-CHRONIQUE
ParCULTURE-CHRONIQUEle 18 avril 2017
“La sonate oubliée” de Christiana Moreau porte en exergue une très belle citation tirée des “Confessions” de Jean-Jacques Rousseau : “ Je n’ai l’idée de rien d’aussi voluptueux, d’aussi touchant que cette musique: les richesse de l’art, le goût exquis des chants, la beauté des voix, la justesse de l’exécution, tout dans ces délicieux concerts concourt à produire une impression qui n’est assurément pas de bon costume, mais don’t je doute qu’aucun coeur d’homme soit à l’abri.” La lecture du roman va révéler rapidement tout le sens des mots de Rousseau à travers les destins croisés de deux musiciennes que plus de deux siècles séparent.
Il y avait, en effet, peu de chance que l’histoire ait réellement tissé des liens entre la ville belge de Seraing – ancienne ville sidérurgique - où vit Lionella Petrella, une jeune violoncelliste douée, et Venise où vécut autrefois Ada une jeune orpheline, pensionnaire de l’Ospedale où enseigna Antonio Vivaldi en son temps. Mais parfois un écrivain, par son art même, est capable de construire un passage entre deux époques. Dans le cas de Lionella qui cherche une partition qui démarquerait son interprétation lors du grand concours “Arpèges” auquel elle va participer, la surprise va venir de son meilleur ami Kevin. Ce dernier a en effet déniché lors d’une brocante un vieux coffret pour quelques euros dans lequel se trouve un journal intime rédigé en vieil italien, une partition jaunie par le temps et une médaille coupée. L’interprétation de la partition révèle une musique sublime qui va aussitôt susciter la curiosité de Lionella qui a la chance, par ses origines, de lire couramment l’italien. Elle va aller de découverte en découverte à travers les lignes écrites des siècles auparavant par une autre jeune musicienne.
“La sonate oubliée” est une petite merveille de voyage dans le temps que seul un bon roman peut nous proposer. Le piège narratif se referme sur le lecteur dès les premières lignes et Christiana Moreau parvient à faire fonctionner la magie jusqu’à son terme. Impossible de ne pas adhérer à ce récit où la musique va unir deux destins à travers le temps !
Archibald PLOOM (CULTURE-CHRONIQUE.COM)


Les lecteurs se préparent à l'emporter dans leur valise en vacances.






Sur le site des auteurs belges:

lien cliquable


Et même sur You Tube:

lien cliquable




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez me laisser un petit commentaire...