mercredi 28 novembre 2007

L'exposition interdite (suite)

Voici la vidéo réalisée par la télévision liègeoise, RTC sur les deux artistes censurées.

http://www.rtc.be/content/view/3476/166/

Si cette censure vous choque, laissez un message sur le site créé pour la circonstance:

http://expointerdite.7i6.be

lundi 26 novembre 2007

Dernier jour d'exposition

La journée a commencé par "Le secret".
Cette sculpture en terre d'Impruneta peut enfin partir pour la cuisson...Je vais enfin savoir!
Savoir comment est cette terre quand elle est cuite.
Mais avant, encore un petit coup de ponçage par-ci, un petit détail à gratter par-là...démonter les deux parties, main et visage.
Emballée avec précaution dans son plastique à bulle et prête pour le voyage.


Je passe sur mes problèmes de voiture et de panne de freins qui n'ont rien à faire dans ce journal, tout cela pour dire que la journée fût longue et difficile.


Et puis dernière journée riche en contacts.

Madame Claessen, ma prof d'école secondaire, que je n'avais pas vue depuis de très, très longues années et que j'ai reconnue, toujours très élégante.

Claire Denis, une des deux artistes censurées qui est venue à l'expo remercier du soutien spontané que nous lui avons prodigué.

Et aussi Saint-Nicolas, venu voir si nous avions été bien sages et nous récompensant par des bonbons.

Enfin, le plus dur, démontage sous la pluie, dans le froid et le noir...

Toujours triste ces fins d'expositions.

dimanche 25 novembre 2007

Journée à la campagne

Aujourd'hui, exposition de 10h à 20h...C'est long!
Mais après le repas de midi, j'ai profité du beau soleil d'hiver pour me promener dans la campagne environnante avant de rentrer m'enfermer dans la salle d'expo.







samedi 24 novembre 2007

Masque


Après Yvon qui m'a fait une vidéo de mes peintures et sculptures, c'est au tour de Martine "d'arranger" une de mes sculptures.
Décidément les internautes de ce blog sont inspirés.
Merci Martine, cela donne à cette sculpture un petit côté très Magritte.

Vernissage







vendredi 23 novembre 2007

Nuit de pleine lune


Ce soir, malgré la fatigue de l'installation de l'exposition, après avoir imprimé tarifs, cartes de visites,etc...j'ai été tentée de revoir ma sculpture en cours ET, trop tard! Il ne fallait pas regarder! Le sortilège de la pleine lune m'a happée et sans que je sache comment, je me suis retrouvée à y travailler, oubliant l'heure tardive, la fatigue et le mal de dos.
J'ai travaillé jusqu'à une heure avancée de la nuit, en fait, jusqu'à ce qu'elle soit terminée.
Ce n'est qu'alors, que le sortilège s'est dilué dans l'aube matinale.



Le résultat:

Une main qui saisi un sein, l'empêchant de s'envoler malgré ses ailes déployées.

Cruauté? Possession? Amour? Passion? Quelques heures de sommeil quand même, ma tête libérée de son obsession de sculpter, contrairement à cet oiseau prisonnier.

Demain, le vernissage de mon expo. Je vous montrerai les photos, promis!

jeudi 22 novembre 2007

Censure

Voici un message reçu de deux artistes belges, je vous demande de les soutenir , nous sommes tous concernés et solidaires.
En plus, cette galerie est à deux pas de chez moi!


Bonjour,



Nous avons le regret de vous informer de l'annulation de cette exposition pour cause de censure.

Comme vous pouvez le constater , les invitations étaient réalisées , les affiches imprimées, tout était prêt !!!
Nous étions , à la demande des organisateurs , sur ce projet depuis un an .
Mais la Direction a décidé ,il y a quinze jours, d'annuler cette exposition et a donc censuré les "Nus" tant en sculpture qu'en peinture .

Bien à vous

Anne Marie Adam et Claire Denis




mercredi 21 novembre 2007

J'emballe


Matinée consacrée aux derniers préparatifs et à l'emballage soigneux des oeuvres qui partiront demain à l'exposition.
Elles sont protégées et dorlotées, prêtes pour leur voyage.

mardi 20 novembre 2007

Prochaine exposition

Demain il va bien falloir que je me décide à emballer les peintures et sculptures que je dois exposer cette fin de semaine à Héron.

C'est jeudi que je dois aller installer mon stand et rien n'est prêt.

Je postpose, je retarde, je recule le délai...Demain, impossible de repousser encore!

C'est que avec cette expo, je vais abandonner la sculpture que je suis en train de faire pour aller passer 3 jours là-bas.

Ah! un manager! C'est ça qu'il me faudrait! Un secrétaire qui s'occuperait de tout pendant que je pourrais rester enfermée dans mon atelier à faire ce que j'aime.

J'exposerai seulement 4 peintures et 4 sculptures, donc en principe pas de gros problèmes de transport.

lundi 19 novembre 2007

Dans ma bulle



Quelquefois, je commence sans envie, puis petit à petit l'envie d'avancer apparaît.

Je me lance, puis m'immerge et rentre dans la matière (c'est littéralement ça).

A partir de ce moment, impossible d'arrêter jusqu'à trouver une forme cohérente équilibrée.

Je recule, je cligne des yeux pour voir la forme sans les détails et j'ai du mal à décrocher...

On oublie vite la notion de temps dans le travail.

Quand on est pris dans l'engrenage, c'est difficile d'en sortir.

On ne voit plus les heures qui passent et on se fait piéger par le temps.

L'atelier sale, plein de terre et de poussière, le dîner qui attend...Il faut revenir dans la réalité.
Peut-être que c'est ça que j'aime, me détacher du temps, être dans ma bulle, là ou le temps s'écoule autrement...

Et puis, dernier gestes, toujours les mêmes, la photo pour visualiser sur l'écran en 2D les erreurs, les défauts à corriger, le linge humide et le plastique sur la sculpture qui me permettra d'attendre le moment de la retrouver.

vendredi 16 novembre 2007

Récompense


Une personne qui m'est chère m'a dit aujourd'hui que j'ai réussi à mettre dans mes réalisations une touche d'intemporalité, d'universalité, au point de toucher le coeur et les yeux d'une jeune fille de 15 ans, sa nièce.

C'est gratifiant, bien sûr!

C'est même la plus belle des récompenses de l'artiste.

Au-dessus du désir de laisser une trace sur cette terre.

A côté des cotes, des ventes, de l'argent, des spéculations, des envies de notoriété et de reconnaissance et de toute cette vanité, rien ne vaut un coup au coeur désintéressé et authentique.

Menuet de Bach

Un ami m'a acheté un jour ce tableau pour l'offrir à sa soeur qui était violoniste et qui, suite à une dépression est restée 1o ans sans pouvoir écouter une note de musique.

Voici un extrait de ce qu'elle m'a écrit:

Je vais recevoir officiellement dans deux jours le tableau de la pianiste, de la part d'Yves. Il est merveilleux : mis à part la beauté du dessin, l'idée du clavier qui s'en va dans les nuages, qui se fond dans les rayons du soleil est extraordinaire. Mais, de plus, ce tableau est magique: à force de le voir chaque jour, et de l'examiner sous toutes ses formes, je suis rentrée carrément dans le tableau, c'est-à-dire dans la musique!C'est grâce à lui que j'y ai repris goût, n'en ayant plus fait pendant près de 15 ans, et n'en ayant plus écouté une note pendant 10 ans! C'est te dire qu'il me fallait vraiment une onde de choc pour y revenir. C'est le plus beau cadeau que j'ai reçu et que je recevrai jamais: la musique.

Cette lettre est la plus émouvante que j'aie jamais reçue car depuis ce tableau, cette personne si douée pour la musique a repris la guitare classique, le luth et la flûte. Je dois aller la voir prochainement en concert.

Rien que pour ce que ce tableau a déclenché en elle, ma peinture n'a pas été inutile.

à Yvonne, Fabrice,Yvon, Dourvac'h, Ophélie, Sophie et à tous ceux qui rêvent, passent, lisent, rencontrent ce blog, je voudrais vous dire merci pour votre amitié, pour tous ces liens durables ou fugaces qui nous lient désormais...pour nos baisers virtuels qui nous tiennent malgré tout le coeur au chaud comme de vrais baisers....je vous embrasse.

jeudi 15 novembre 2007

Premiers flocons

Ce matin, au réveil, les premiers flocons de neige.
C'est toujours un sentiment d'émerveillement qui remonte à l'enfance lorsque, petite fille je découvrais le jardin enneigé. Le trajet jusqu'à l'école était une fête faite de glissades et de batailles de boules de neige. On arrivait en classe avec le nez et les joues rouges et on faisait sécher autour du poêle en fonte les moufles que nos mamans avaient tricoté. Il flottait dans la classe une étrange odeur de vapeur de laine mouillée.
Nous attendions notre libération en fin de journée avec impatience pour courir à la maison et sortir les traîneaux jusqu'à la tombée du jour.
Je me souviens que déjà rêveuse, je m'isolais parfois des jeux des autres enfants pour écouter le silence de la blancheur, regarder les flocons qui se posaient sur moi en étoiles et respirer l'air glacé à pleins poumons. Je ressentais déjà la poésie.
Christiane, tu es encore dans la lune...me disait-on , tout le temps.
J'ai l'impression que j'ai toujours été là...Toute seule, immobile.


A présent, passé ce petit émerveillement nostalgique, je n'aime plus la neige, je n'aime plus l'hiver, je déteste décembre qui s'approche à grands pas.

Le mois des fêtes.

Saint-Nicolas, très importante pour nous en Belgique. La fête des enfants sages. La fête de mon père aussi qui s'appellait Nicolas et qui aimait tant se promener dans la neige des Fagnes...Saint-Nicolas, la dernière fête joyeuse où toute la famille était réunie dans l'insouciance.

Trop de nostalgie, trop de vague à l'âme en décembre.

L'élégance du danger

Ce sera le titre de mon nouveau tableau.


Pourquoi ce titre étrange?

Comment naissent les titres des peintures?
Magritte était le champion des titres mystérieux...

Bon, puisque c'est vous et que vous êtes toujours si gentils avec moi, je vous livre ce secret.
Dans le langage des fleurs, le rhododendron signifie: Élégance ou danger selon les sources. Alors, une petite voix m'a soufflé:"Élégance du danger".

lundi 12 novembre 2007

Soleil d'automne


Ce matin, le premier regard de la journée était pour ce rayon de soleil qui inondait le jardin de sa lumière froide.

J'ai eu envie de sortir ma demoiselle pour un dernier bain de soleil d'automne avant l'hibernation.

C'était un de ces instant où le temps s'arrête,où l'on respire à peine parce que ça ne durera pas, un moment de grâce, un minuscule répit de la beauté qui passe, quelques secondes blanches sans lien avec le reste de la journée.

Petit poème de circonstance

Aujourd'hui, dernier jour de la foire d'automne à Liège.
Les forains vont démonter les attractions pour partir vers d'autres destinations.
Ils emportent avec eux les parfums de laquemants, barbes à papa et pommes d'amour...


Pomme d’amour

Dans son jardin d’Éden, le jardin des délices
En fin d’après midi à la tombée du jour
Il a croqué la pomme en un divin supplice
Léchant le caramel de la pomme d’amour.

samedi 10 novembre 2007

Exposition à Barvaux

Je me suis rendue ce soir à l'exposition d'Yvonne Maréchal, céramiste et amie de longue date.
Elle m'avait demandé de faire un petit discours d'ouverture et c'est avec plaisir que j'ai vaincu ma timidité naturelle pour présenter son travail très original.
Un travail dont le fil conducteur est la nature et qui imprègne toute son oeuvre.
Elle utilise des techniques ancestrales telles que les terres polies enfumées, le raku.

Bonne chance pour ton expo chère Yvonne.




http://creatriceceramique.blogspot.com


jeudi 8 novembre 2007

Pomme d'amour

Je me suis réveillée à 4 heures 30 ce matin et je suis allée à l'atelier terminer ma sculpture érotique.
Comme je travaille bien dans le silence de la maison endormie.
Je l'ai terminée en une heure.
Voilà, comme d'habitude, séchage lent en attendant la cuisson...
Il y aura de la patine sur la peau de la pomme mais je laisserai l'intérieur blanc comme s'il fallait cette blancheur virginale pour rattrapper le côté scabreux.


J'attends vos réactions...

Peut-être à ne pas mettre entre toutes les mains, heu...Je veux dire dans toutes les expositions mais elle fera l'affaire pour l'expo érotique.

On avait déjà débattu sur la différence entre érotique et sensuelle.

A présent, quelle est la différence entre érotique et pornographique?


Détails

Empreinte

mardi 6 novembre 2007

Au four et au moulin



Aujourd'hui, je n'ai pas cessé d'aller de la peinture à la sculpture dans un va et vient infernal.
Pendant que les personnages de mon tableau séchaient, comme j'avais une idée en tête et pour ne pas perdre de temps, je me précipitais sur la terre.
Après une heure ou deux, je revenais vers ma peinture pour un fond, non sans avoir fait un détour par le lavabo pour nettoyer mes mains...Oui, je sais, la terre ce n'est pas sale mais enfin, terre et peinture ne font pas bon ménage.
Résultat: Mes pauvres mains comme du parchemin!




Je travaille en vue de l'exposition "EROTICA"
Je fais une sculpture érotique, une vraie, pas une sensuelle mais...chut...c'est trop tôt pour vous la montrer...



vendredi 2 novembre 2007

La toile blanche

Bon, après toutes ces choses bassement matérielles qui m'ont empêchée de continuer mon travail, j'ai enfin pu reporter mon dessin (après maintes péripéties et hésitations) sur la toile blanche.
Un petit instant de plaisir quand je passe la main sur la surface immaculée et lisse.
Bientôt, l'ébauche, les couleurs, les doutes l'envie d'abandonner avant que les ombres et lumières ne remettent toutes les choses en place sous mes yeux incrédules...

Bien sûr cette toile sera en vue de l'expo EROTICA.
Il faudra aussi que je fasse deux ou trois sculptures sur ce thème car la galerie me demande d'exposer également quelques terres cuites.
Donc, au boulot!

Rencontre incongrue

En allant acheter du pain, j'ai rencontré une dame, qui cherchait des bidons de 5 litres. Intriguée, je lui ai demandé pourquoi et elle m'a répondu que c'était pour une exposition. Elle doit faire une installation dans une pièce en tapissant les murs de 240 bidons.
Le titre de l'installation: ART BIDON
Comme elle n'en avait trouvé que 20 et qu'il lui faut les 240 pour demain, je lui souhaite bonne chance.
Nous avons échangé nos adresses de sites et comme il faut être solidaires entre peintres (surtout un peintre de ma ville) je vous invite à faire une petite balade sur son site:

Pascale Pejkovic

http://www.summaaqua.com/index.php?selected=dex/home.swf&sprache=