lundi 31 mars 2008

Terre papier

Après avoir cassé une énième fois ma cocotte, je me suis décidée à essayer la terre-papier.
Comme d'habitude, en bonne autodidacte, je me suis lancée, toute seule comme une grande, (non sans avoir suivi les précieux conseils sur le blog d'Yvonne).


1 ère étape, déchiqueter du papier (ici de toilette) et le laisser macérer dans l'eau jusqu'à obtention d'une boullie.
2 ème étape, le mélanger avec la terre boueuse. Les proportions? Heu...A l'oeil!
3 ème étape, l'étaler pour faire sécher jusqu'à consistance idéale pour travailler. (Pourquoi ça ne sèche pas?!!!)
4 ème étape, (et deux jours de séchage plus tard) je peux y aller...
5 ème étape, réaliser les deux moitiés de ma cocotte (ça marche! c'est fin comme du papier et ça ne casse pas!)

6 ème étape, faire un peu sécher avec les pattes écartées (système D)

Dernière étape, coller les deux moitiés avant séchage complet.
Ouais!!!!! Ca marche! C'est fin et solide. Je sens que je vais m'en faire un seau. Moi qui aime faire dans le détail, ça va me faciliter la vie.
Reste cependant un point crucial...La cuisson! Faut voir comment elle va se comporter mais il ne devrait pas y avoir de problème.

samedi 29 mars 2008

Migration

Quelques mots d'explication pour ma dernière sculpture:


En août prochain j'ai une exposition et je dois présenter une oeuvre sur le thème imposé "Migration"...
Ce thème ne me parlait pas trop. Que faire? Migration humaine? Migration des oiseaux?
J'ai donc décidé de faire un compromis, un visage derrière ses mains (oui, je suis dans une série mains-visage).
Je voulais que les mains soient en forme d'oiseau.
J'avais d'abord fait des mains avec des plumes, puis je me suis ravisée, j'ai posé les mains comme quand on veut faire un oiseau en ombres chinoises. (voir aquarelle ci-dessous)

vendredi 28 mars 2008

Oh oh oh, Jolie poupée...

Ca commence à prendre forme après un après-midi de travail acharné (aïe! mon dos!)

Ensuite, démontage du visage et emballage des doigts afin qu'ils ne séchent pas trop vite.




mercredi 26 mars 2008

Ca colle!

J'ai recommencé une sculpture avec la terre rapportée d'Italie, de Laterina, mais je suis obligée de m'arrêter pour la laisser sécher car elle est toujours aussi molle et aussi collante.

Impossible de continuer à travailler dans ces conditions.

Pourtant lorsqu'elle est cuite, elle est jolie, d'un beau rouge brique mais quelle patience!


dimanche 23 mars 2008

Les eaux de mars



Un pas, une pierre, un chemin qui chemine


Un reste de racine, c'est un peu solitaire


C'est un éclat de verre, c'est la vie, le soleil


C'est la mort, le sommeil, c'est un piège entrouvert

Un arbre millénaire, un nœud dans le bois


C'est un chien qui aboie, c'est un oiseau dans l'air


C'est un tronc qui pourrit, c'est la neige qui fond


Le mystère profond, la promesse de vie




C'est le souffle du vent au sommet des collines


C'est une vieille ruine, le vide, le néant


C'est la pie qui jacasse, c'est l'averse qui verse


Des torrents d'allégresse, ce sont les eaux de MarsC'est le pied qui avance, à coup sûr à pas lent


C'est la main qui se tend, c'est la pierre qu'on lance


C'est un trou dans la terre, un chemin qui chemine


Un reste de racine, c'est un peu solitaire




C'est un oiseau dans l'air, un oiseau qui se pose



Le jardin qu'on arrose, une source d'eau claire



Une écharde, un clou, c'est la fièvre qui monte



C'est un compte à bon compte, c'est un peu rien du tout


Un poisson, un geste, c'est comme du vif argent


C'est tout ce qu'on attend, c'est tout ce qui nous reste


C'est du bois, c'est un jour le bout du quai


Un alcool trafiqué, le chemin le plus court

C'est le cri d'un hibou, un corps ensommeillé

La voiture rouillée, c'est la boue, c'est la boue

Un pas, un pont, un crapaud qui croasse

C'est un chaland qui passe, c'est un bel horizon

C'est la saison des pluies, c'est la fonte des glaces

Ce sont les eaux de Mars, la promesse de vie

Une pierre, un bâton, c'est Joseph et c'est Jacques

Un serpent qui attaque, une entaille au talon

Un pas, une pierre, un chemin qui chemine

Un reste de racine, c'est un peu solitaire

C'est l'hiver qui s'efface, la fin d'une saison

C'est la neige qui fond, ce sont les eaux de Mars

La promesse de vie, le mystère profond

Ce sont les eaux de Mars dans ton cœur tout au fond.

Georges Moustaki.



samedi 22 mars 2008

Giboulées

Qui a dit que l'hiver est fini?
Je ne sais pas comment c'est chez vous mais ici en ce week-end de Pâques, le temps est exécrable, froid, humide...
La neige et la grêle sur les premières fleurs de printemps.
Non, je ne viens pas vous parler de la météo, c'est juste pour dire que dans ma tête c'est un peu comme ça en ce moment...


mercredi 19 mars 2008

vendredi 14 mars 2008

Mobile

Un petit mot d'explication sur mon travail...Ou plutôt un petit croquis;
Cette sculpture est destinée à devenir un mobile (si j'arrive à mes fins)
Elle s'envolera et tournoiera dans les airs.


Impossible n'est pas belge....

...Comme dirait Yvon...


Comme chaque matin au réveil, je me précipite dans la pièce où sèchent les sculptures en cours, pour dire bonjour à mes bébés et voir si tout va bien..
#!!!*µ/~=#!!!(censuré!)

Cocotte a voulu se faire la belle durant la nuit et elle en a perdu la tête!
Du coup, je l'appelle Marie-Antoinette.

Mais elle ne gagnera pas! Non mais, c'est qui le maître des cocottes ici?
Je lui ai recollé la tête et je l'ai replacée entre ses deux boîtes avec un coussin amortisseur sous la queue, s'il lui venait à l'idée de recommencer à jouer les anarchistes.

Et durant tout ce temps, Amazone attend sa monture récalcitrante sous ses linges humides.


Bon, à chaque jour suffit sa peine.

Une note romantique pour terminer:

Les crocus qui envahissent le jardin afin de me rappeler que le printemps sera là dans une semaine.

jeudi 13 mars 2008

Côtcôtcôt!!!

Cette cocotte commence à m'énerver!

En fait, c'est déjà la troisième.
La première s'est cassée...Trop fine.
La deuxième a séché mais ...Mal! Les pattes ont plié sous le poids du corps et...ça ne va pas du tout! Vous avez déjà vu une cocotte avec des pattes comme ça?




Mais comme l'inspecteur, je ne renonce jamais!

J'ai donc employé les grands moyens, le rouleau à pâtisserie.


Et aussi un plan en carton...

Le plus dur est de la faire sécher sans rien déformer.

Je lui ai coincé la tête entre deux boîtes, le corps pend dans le vide et un morceau de carton entre les pattes les maintiennent écartées et droites.

PS: Non, le rouleau à pâtisserie n'est pas le même que celui utilisé pour les tartes...

J'en ai acheté un rien que pour mon atelier car mon compagnon "rouspétait", il trouvait ça sale(même lavé!)

Pourtant, la terre ce n'est pas sale, c'est une matière noble!

Rien à faire, il n'a pas compris. Nous les artistes, nous sommes des incompris.



mardi 11 mars 2008

L'amazone

J'ai réalisé l'ébauche de l'amazone qui chevauchera la cocotte.



Oui, je sais, les amazones se coupaient le sein gauche pour mieux tirer à l'arc mais faut pas exagérer tout de même!

Je me suis décidée à nettoyer les taches sur le visage de "Fontaine" en frottant délicatement avec de l'eau distillée et ça marche, elles sont parties comme par miracle!


La semaine prochaine, je vais la conduire à la cuisson et le transport ne va pas être de tout repos!

Elle est encore très lourde même séchée...