jeudi 24 juillet 2014

Haïku

 


Libres les petons
Et ron et ron dans l'été
Petit patapon

lundi 21 juillet 2014

Fête nationale...

... Drache nationale!
 


Bonne fête à la belle gigue!

(à réécouter en ce 21 juillet)


dimanche 20 juillet 2014

samedi 19 juillet 2014

mercredi 16 juillet 2014

mardi 15 juillet 2014

A Liège, on fête le 14 juillet!

Comme presque chaque année, je suis allée à la fête du 14 juillet à Liège.
 
Avec un faste unique en Belgique, Liège fête le 14 juillet au Palais des Congrès toutes les années. Plus de 30.000 personnes y participent pour admirer son feu d’artifice (plus beau d’année en année) et profiter de son spectacle populaire sur l'esplanade et de la Nuit de la Bastille.
 
 

On attend en bord de Meuse et en musique que le ciel soit assez sombre pour le feu d'artifice...



Deux semaines avant cet événement s'ouvre le Village Gaulois, place Saint-Paul, au pied de la Cathédrale. Une quantité de chalets offrent plats et boissons françaises et wallonnes au badaud qui peut, tout à loisir, s'attarder à une terrasse ou encore disputer une partie de pétanque avec des amis de rencontre.

C'est un peu étrange car pour notre fête nationale belge le 21 juillet, il ne se passe rien, tout le monde s'en fiche mais à Liège pour rien au monde nous ne raterions le 14 juillet!


Souvenir d'un temps où nous étions français? Amitié avec la France.

Lorsque la révolution française éclata, les liégeois, qui ont toujours marqué un goût profond pour la liberté, se soulèvent à leur tour le 18 août 1798.


Xavier Neujean, bourgmestre de liège, il y a 70 ans, le 14 juillet 1936, hissa les couleurs françaises sur l’Hôtel de Ville. Par ce geste symbolique, il montrait sa foi dans les principes de liberté, d’égalité, de fraternité, au moment où d’autres ne voulaient pas voir la différence radicale entre le nazisme montant et la démocratie.

Cette clairvoyance et ce courage de Xavier Neujean, ce furent aussi celles de grands Liégeois qui, en 1940, se sont engagés dans un combat que beaucoup de leurs contemporains considéraient perdu d’avance. Ils étaient les frères de Jean Moulin et des Francs-Tireurs et Partisans français. Aussi déboussolés qu’eux dans l’effondrement de 1940.


Cet attachement à la liberté et à la démocratie, Liège l’a souvent payé très cher.

On a déjà voulu la rayer de la carte en 1468. Le Duc de Bourgogne l’avait laissée pour morte sous l’œil passif et impuissant du roi de France .
Mais, comme on peut le lire sur une façade devant la halle aux viandes,
‘’Cent fois domptés, les Liégeois ont cent fois redressé leur creste’’.



L'ambassadeur Paul Claudel parlait de Liège comme d’une ville nécessaire, il disait aussi que quelque chose manquerait à la France si n’existait pas ce poste avancé de notre langue et de notre culture commune aux marches de l’Est.
Non pas comme un coin enfoncé, menaçant, mais comme un pont entre la romanité et les cultures de langues germaniques.


le 7 août 1914 Liège est décorée de la légion d'honneur par le président de la République Poincaré.
 

dimanche 13 juillet 2014

Dernières pluies au jardin



 
 
 

En dix jours de pluie, le jardin s'est transformé en jardin sauvage où fleurs et herbes folles (il ne faut jamais dire "mauvaises herbes"), insectes, batraciens, limaces et escargots ont tout envahi pour me narguer derrière ma vitre.


Il paraît que le soleil va revenir et je devrai me retrousser les manches pour mettre un peu d'ordre dans toute cette exubérance.






Seules les épiaire des marais se sentent à l'aise avec cette eau et en ont profité pour coloniser la bordure de la terrasse; c'est joli, je les laisse.







La clématite n'a pas trop souffert




Et tant que nous sommes au jardin, j'en profiterai pour faire un petit coup de pub à un ami qui a publié un si joli roman d'été.



Résumé :
Val, vieux solitaire de treize ou quatorze ans.
 Vient cette fille Chris s'invitant par la lisière du petit bois d'Amour.
 Chris tombée des branches : Val rêve-t-il encore ?
 S'il nous suffisait d'ouvrir grand, là-haut, les portes de nos prisons aériennes !
 *
 Trésor d'être deux sous la hêtraie,
 Outremonde...
 A l'assaut des cimes des arbres : Val fou de sa Chris pour toujours.
 *
 Nuits d'émeraude en piémont pyrénéen,
 Rosier nourri d'étranges lueurs.
 Outremonde...
 Odeurs de peau et de rivière.
 Val & Chris : nos petits frère et soeur d'âme... Tristan & Yseult à peine nés d'hier...
 Célébration de très gentils héros : Ric Hochet & Nadine (par Tibet et A.-P. Duchâteau).
 Dédiée à tous nos rêves adolescents (... à Tristan & Yseult en personne !), cette toile peinte imperturbablement naïve du sentiment amoureux.
 (roman, 112 pages, "Mon Petit Editeur", 2014 - 14,95 euros)

http://regardsfeeriques.canalblog.com/

Louis, roi soleil


Avec patine dorée.

jeudi 10 juillet 2014

Patience et huile de coude!

J'ai passé tout l'après-midi à poncer, frotter, limer et polir... pour la rendre plus lisse.
Pas de patine ni de cire car elle rejoindra peut-être le jardin.
 





lundi 7 juillet 2014

Et le lendemain...

... Cuisson réussie!

 

Trempage puis séchage au soleil



Et demain on y verra plus clair.


 
 

dimanche 6 juillet 2014

32ème cuisson

Enfin la cuisson des bébés et des mamans qui attendaient depuis plus de deux mois.
Au moins, je suis sûre qu'elles sont parfaitement sèches.


Une première couche de bébés dans le fond du four


Et en équilibre précaire au-dessus, les deux mamans.


C'est parti pour toute une journée de cuisson.


Jusqu'à 980°




Quoi de mieux que cette chaleur pour contraster avec la pluie revenue?


 

mercredi 25 juin 2014

Chorale Anima en concert


Voici venu le temps de notre traditionnel concert de fin juin.

Nous vous attendons nombreux samedi 28 à 19h30.

lundi 23 juin 2014

Pêle-mêle

Trop court!


Trop court notre séjour dans cet endroit idyllique, dans cette région merveilleuse. 


Plus que la piscine, ce sont les rivières qui m'ont donné le plaisir de nager, encore et encore...
 

 







Les abricots mûrs et juteux à cueillir


La lavande à respirer







 
Les vignes...
 

...  et le vin
 

 
... pour accompagner les picodons
 
 
 Une simple assiette locale



ou un soufflé d'écrevisses pêchées à la rivière à la sauce xérès



Les couchers de soleil au confluent de l'Ardèche et de la Beaume...
 
 
 ... quand les hérons viennent boire à la fraîcheur du soir



En parcourant les monts ardéchois en long, en large et en travers, comment ne pas fredonner "La montagne" de Jean Ferrat?
C’est une terre authentique et généreuse qui lui ressemble.
Se retirant de la scène à l'âge de 42 ans, Jean Ferrat quitta Paris pour l'Ardèche. Il préféra au bitume l’ombre des châtaigniers, les parties de boules sur la place du village, les torrents ruisselants au creux des vallées et le chant des cigales. Il était tombé amoureux de ce petit village et a laissé une trace indélébile dans le cœur des Ardéchois.
« Que la montagne est belle !»
Dès que l’on prend un peu de hauteur, le paysage est magnifique, et change à chaque flanc.



jean FERRAT La montagne

Une chose est sûre, c'était trop court... et l'envie d'y revenir!