mercredi 19 septembre 2018

Villages d'Alsace

Retour par l'Alsace pour une petite prolongation des vacances.



En plein cœur des vendanges.






Kaysersberg, avec ses nombreuses maisons à colombages, son beau centre historique et son château impérial (Kaysersberg signifie la montagne de l'Empereur) en ruine dominant la ville. Il est une étape incontournable en Alsace.












Riquewihr est l'un des villages les plus connus de la région avec sa situation au milieu des vignes. Le village comporte de très nombreuses maisons à colombages, superbement mises en valeur et fleuries, et les remparts, très bien conservés, entourent cette perle du vignoble.





Situé au cœur du vignoble alsacien, Ribeauvillé fait partie des plus beaux villages de la région. Il est tout en longueur, avec de nombreuses et belles maisons à colombages. 




Florence



Retour pour une Nème fois dans ma chère Florence.
Juste une journée.
Juste la respirer.
Revoir sa beauté inégalable.


Sainte Marie des Fleurs, dentelle de marbre vert, blanc et rose.



Le Persée de Cellini, la perfection!


Même si…
Trop de monde, trop de touristes, même en septembre!

















Chapelle des Médicis




Chapelle des Princes :

Elle fut commencée sous Cosme Ier en 1601 pour abriter les sarcophages de 6 Grands Ducs.
Sa coupole monumentale repose sur un octogone dont les murs sont entièrement recouverts d’un décor en pietra dura : marbres polychromes, pierres semi-précieuses, jaspes, porphyre, albâtre, lapis-lazuli, coraux et bronze doré furent achetés dans toute l’Europe.





 Nouvelle Sacristie :

Un étroit couloir conduit à ce mausolée destiné à recevoir les sépultures de Laurent le Magnifique, son fils Julien, son petit-fils Laurent II et son frère Julien.





Michel Ange, architecte, peinture, sculpteur fut chargé de cette œuvre monumentale et ne pourra jamais la terminer. Il érige une chapelle sur le même modèle que la Sagrestia Vecchia de Brunelleschi mais en surélevant la salle par un niveau intermédiaire et opte de placer les tombes contre les murs. La tombe de Laurent II, surnommé le Penseur, le représente en général Romain méditatif et perdu dans ses pensées.




Les deux statues à ses pieds sont l’allégorie du crépuscule, un homme s’endormant, et l’aurore, une femme s’éveillant.


Julien de Médicis, Duc de Nemours, est lui aussi représenté en général en chef énergique dont c’était la fonction à Rome, A ses pieds se trouvent le jour, personnage masculin inachevé, et la nuit, une femme avec les attributs du sommeil.



 Les tombes de Laurent le Magnifique et de son frère Julien ne furent jamais réalisées. Ils reposent ensemble dans un simple sarcophage.



Sur la place de la Seigneurie, peu de gens remarquent cette plaque au sol qui commémore l'endroit où fut brûlé Savonarole, là même où quelques années plus tôt,  il avait fait élever le bûcher des vanités.



dimanche 16 septembre 2018

Civita di Bagnoregio



Civita di Bagnoregio

Hameau en Italie





Civita di Bagnoregio est une petite cité de la province de Viterbe en Italie centrale, hameau de la commune de Bagnoregio, à 2 km à l'est de celle-ci, et à environ 145 km au nord de Rome. Le village a obtenu le label des Plus Beaux Bourgs d'Italie. On l'appelle aussi en italien la città che muore, le village mourant, en raison de l'érosion rapide du site.




Civita a été fondée par les Étrusques il y a plus de 2 500 ans. Elle est sise sur une des plus anciennes routes de l'Italie, entre le lac de Bolsena et le Tibre, qui était alors la principale voie navigable en Italie centrale.


Civita a vu sa population diminuer à une quinzaine de résidents au cours du XXe siècle. Elle commença à décliner dès le XVIe siècle, éclipsée par son extension de Bagnoregio. 



À la suite d'un séisme majeur, à la fin du XVIIe siècle (1695), l'évêque et le gouvernement municipal ont été contraints de se déplacer à Bagnoregio, précipitant ainsi le déclin de la vieille ville.



Au XIXe siècle, l'ancien site de Civita était en train de devenir un rocher isolé et inaccessible dont l'érosion accélérée apparaissait comme inéluctable au niveau de la couche d'argile sous-jacente



Le promontoire rocheux s'agrémente à son extrémité de petits jardins, encore entretenus par quelques vieilles dames .

La ville proche de Bagnoregio est actuellement une petite cité très prospère, grâce au tourisme développé à partir de la « ville morte de Civita », désormais largement connue. 

La cité est connue pour sa position marquante, au sommet d'un promontoire plateau de tuf volcanique friable, dont le plateau adjacent surplombe la vallée du Tibre, constamment exposé au risque d'une totale destruction due à la fragilité du terrain creusé par les torrents Chiaro et Torbido.

La ville est aussi très admirée pour son architecture, qui s'étend sur plusieurs milliers d'années. Civita di Bagnoregio doit beaucoup de son état non modifié à son isolement relatif, grâce auquel la ville a pu résisterà la modernité et aux destructions des deux guerres mondiales. Aujourd'hui la population varie d'une douzaine d'habitants l'hiver, jusqu'à plus de cent en été. 
La ville a été placée en 2006 sur la liste de surveillance du Fonds mondial pour les monuments, parmi les 100 sites au monde les plus menacés, en raison des risques géologiques auxquels elle doit faire face

La valle dei calanchi, une zone de badlands, est située entre le lac de Bolsena à l'ouest et la vallée du Tibre à l'est à l'intérieur de la commune de Bagnoregio. Elle est constituée de deux vallées principales: le fossé du Rio Torbido et le fossé du Rio Chiaro. À l'origine, ces lieux devaient être plus accessibles et praticables et étaient traversés par une antique route commerciale qui reliait la vallée du Tibre au lac de Bolsena.


samedi 15 septembre 2018

Le Palais Farnese


Le Palais Farnese de Caprarola, est considérée comme l'un des meilleurs exemples de villa « Renaissance. » Elle a été construite pour la famille romaine des Farnèse à Caprarola, dans la province de Viterbe dans le Latium. 




Le palais fut l'une des nombreuses demeures seigneuriales construites par les Farnèse dans leurs propres domaines. Le projet initial est celui d'une forteresse défensive.




 En 1559 le second cardinal Alexandre Farnèse (petit-fils du premier, devenu le pape Paul III) modifie le projet initial, en maintenant cependant le plan pentagonal et la direction des travaux passe à Vignole. La construction est transformée en un imposant palais qui devient ensuite la résidence estivale des frères Farnèse, le duc, gendre de Charles Quint et le cardinal, et de leurs cours. 






Les Jardins Farnese (Orti Farnesiani ), portant le même nom que le jardin de la famille sur le Palatin à Rome, sont un splendide exemple de jardin à l'italienne de la Renaissance tardive, réalisé à travers un système de terrasses accolées aux murs même de la villa, dans le sol d'où émerge la construction.