jeudi 21 mai 2015

Ambiance festive au Blues-sphère Bar


Mercredi soir, une jolie soirée passée au Blues-sphère Bar, soirée chaleureuse, intimiste et intelligente qui donne envie de faire partie du cercle d’auteurs « chouchoutés » de l’éditrice Françoise Salmon pour les éditions Murmure des Soirs… auteurs qui ne tarissent pas d’éloges à son égard et je pressens que c’est mérité car sa gentillesse charmante les entourant d’un petit cocon de douceur a de quoi surprendre dans le monde de l’édition, rarement tendre avec les candidats-écrivains-refusés dont j’ai, et nous avons tous, fait la douloureuse expérience.

 
J’ai pu entendre le récit des différents auteurs et me rendre compte que je ne suis pas seule devant l’ordinateur. Pas seule à avoir essuyé des refus, du mépris ou de l’indifférence qui font que l’on doute de soi, que l’on finit par croire que le monde est déshumanisé.
 
 

Françoise Salmon a la passion et petite flamme qui brille dans les yeux et dans le cœur.

 

vendredi 15 mai 2015

Lutte inégale!

Comme chaque matin, ramassage de limaces au jardin...

Cette nuit il a plu, sauve qui peut!


à peine fini, qu'une nouvelle limace, sortie de nulle part rampait vers mes salades!



 

mardi 12 mai 2015

Saints de glace

Merci saint Mamert, premier des saints de glace et jour le plus chaud de l'année!

Vous et vos deux compères, Pancrasse et Servais, pouvez aller vous rhabiller; cette année, mes semis ne trembleront pas devant vous!




Première récolte de mon mini potager en caisses de vin: La roquette.


En 10 minutes, directement du jardin à l'assiette.


Pour une délicieuse salade italienne:

(Jambon de Parme, tomates fraîches, tomates séchées, roquette, copeaux de parmesan et assaisonnement à l'huile d'olive et vinaigre de framboise...)


Sur la terrasse avec un petit vin rosé, le pied!

 

samedi 9 mai 2015

Le printemps du conservatoire



 
Hier au théâtre de Liège, j'ai eu le plaisir d'assister au concert de la Legia Kammerphilarmonie
 
Avec "notre" Leonor, soliste pour le concerto pour violoncelle n°1 en ut majeur de Joseph Haydn
 

Elle a bien grandi la petite fille qui accompagnait notre chorale,...


La voici à présent soliste...


Dans un concerto d'une grande virtuosité sous le regard bienveillant de son grand frère au violon...

 
Comme le temps passe...

mercredi 6 mai 2015

Noyau tendre



Déjà la fin des tulipes au jardin



Elles vont bientôt disparaître


Les dernières mésanges aux nichoirs aussi


Des petits se sont déjà envolés.


dimanche 3 mai 2015

Chorale Anima

Après plusieurs années de répétitions, d'émissions de télé et autres concerts, la chorale Anima est prête à enregistrer son premier album.

L'enregistrement aura lieu du 28 au 30 juin au studio "la chapelle" à Waimes.

Mais cela a un coût et nous devons nous auto-financer, c'est pourquoi nous sommes inscrits sur un site de financement participatif où chaque participant peut verser une somme (même minime) et recevoir des contreparties ( le CD, des places de concert...)

La chorale ANIMA  vous remercie chaleureusement d'avance pour votre soutien.

J'en profite aussi pour vous inviter  à notre prochain concert qui aura lieu le samedi 23 mai à 20h à La Cité Miroir à Liège.



Voici le lien du site ULULE. (bien entendu vous pouvez simplement y jeter un coup d'oeil)

http://fr.ulule.com/chorale-anima/

Le retour chez Canelle


Découverte ce matin, un résumé succinct et sympathique d'une bloggeuse qui aime la peinture et m'a gentiment consacré une page.

http://www.dinclo56.com/2015/05/christiana-moreau.html?showComment=1430635974421#c3858891111431339783


N'hésitez pas à aller visiter son blog:

http://www.dinclo56.com/

 

vendredi 1 mai 2015

Si toute la rue se met à bouger

"Chevauchée mortelle", un poème de Charles Ducal, poète néerlandophone contemporain.
 
C’est une gravure du grand artiste Albrecht Dürer qui l’a inspiré.
Sur l’image, vous voyez les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse chevauchant le monde et détruisant l’humanité.
Le poète utilise cette eau-forte (estampe réalisée par morsure du métal par un acide) pour dénoncer l’Europe du pouvoir financier.
L’Europe du profit qui s’enrichit sur le dos des hommes et des femmes. Rien n’est semé, on ne fait que faucher et piller. Celui qui ose bouger seul ne fait pas le poids face à cette grande violence.
Mais si toute la rue se met à bouger en même temps, alors oui, les chevaux se cassent les jambes et cette chevauchée mortelle prend fin.


 
Chevauchée mortelle
d’après une eau-forte de Dürer
Quatre cavaliers traversent l’Europe, quatre
cavaliers aveugles, battant des quatre fers
les crânes ronds des pavés,
les dos d’hommes et de femmes
 
 
enchaînés à la route qui mène au travail,
à la lumière, au pain, la grande artère
où toutes les rues convergent,
car crève celui qui tombe en chemin.
 
 
Quatre cavaliers tels des dieux, chevaux de feu,
Là où frappent les sabots s’essouffle la vie,
pas le temps de semer, ils fauchent
et pillent, ils pèsent et s’enrichissent
 
 
et crachent leur venin dans les crânes,
sur les pavés dolents, qui bougent parfois,
à peine, chacun pour soi, chacun son destin,
mais jamais tous ensemble.


Si toute la rue se met à bouger,
les chevaux se brisent les jambes,
et cette mortelle chevauchée prend fin.
  Traduction : Danielle Losman et le Collectif des Traducteurs de Passa Porta
 1er mai.
Toute la rue doit bouger.
 
 
 
 
 
 
 

dimanche 26 avril 2015

Tout petit voyage

Juste un week-end, à 80 km, un petit village des Ardennes belges, Sterpigny près de Gouvy.

Un week-end en famille pour l'anniversaire de ma maman, 90 ans.



L'Emiline est la maison d'hôtes où nous séjournons.




Je vous recommande cette charmante maison ardennaise, décorée avec amour. L'accueil d'Angélique et Gauthier, tous deux diplômés de l'école d'hôtellerie et fins cuisiniers y est chaleureuse et sympathique.

http://users.skynet.be/sb258501/

Et si j'ai barbouillé à la hâte deux aquarelles, par tradition, je n'ai pas vraiment eu de temps pour cela...



C'est ici, que la rivière dont vous pouvez souvent voir les photos sur mon blog, l'Ourthe, prend sa source, dans le village du même nom.



L'Ourthe orientale se crée à partir de quatre petits cours d'eau dévalant des collines environnantes.


L'Ourthe est une rivière particulièrement capricieuse. Ainsi, au cours des étés chauds et secs, la rivière se réduit à un mince filet d'eau qui serpente calmement au milieu d'une végétation aquatique dense et verdoyante, tandis que les crues d'hiver peuvent la montrer fougueuse et impétueuse. Son débit peut alors être multiplié par plus de 100.


Petite promenade le lendemain, au Grand Duché de Luxembourg, tout proche.


A Vianden, petite ville dominée par son château.


 Le Château de Vianden fut construit pendant la période du 11e au 14e siècle sur les assises d'un castel romain et d'un refuge carolingien.




Il est une des plus grandes et plus belles résidences féodales des époques romane et gothique de l’Europe.

 
Ensuite, Clervaux.
 
 
N’ayant pas perdu son caractère rural, la petite ville de Clervaux représente le centre de développement et d’attraction de la pointe nord du Grand-Duché.


Une belle église de style Rhénan qui a gardé ses pierres apparentes.

Contrairement, hélas, à l'église Saint-Barthélemy de Liège, de même style qui était fort jolie avec son schiste houiller mais que des architectes peu scrupuleux ont décidé de saccager "restaurer dans le style roman", c'est à dire lui rendre sa façade peinte dans les couleurs vives du Moyen-âge... sauf que pour cela, ils l'ont enduite d'une espèce de béton qui se salit et s'effrite déjà après quelques années. Je n'admettrai jamais que l'on ait pu faire subir cet outrage à cette église que j'adorais!
Fin de la parenthèse car je ne peux m'empêcher de râler quand je pense à l'église de ma jeunesse... j'avais déjà publié un post en 2007, alors qu'elle n'était pas encore aussi abîmée qu'aujourd'hui et cela avait déjà déclenché des polémiques entre pour et contre:

http://christianemoreau.blogspot.be/2007/08/collgiale-saint-barthlemy-de-lige_03.html




Ce centre touristique, encaissé dans la vallée de la rivière « Clerve », abrite un château médiéval, construit au 12e siècle et représentant le témoin millénaire du prestige et de la puissance des comtes de Clervaux.


Dans ce château se trouve la fameuse exposition de photographies "The Family of Man" d’Edward Steichen, collection qui figure sur le registre de l’UNESCO "Mémoire du Monde".





L'exposition se veut un manifeste pour la paix et l'égalité fondamentale des hommes à travers la photographie humaniste d'après-guerre.




Les images d'auteurs tels que Robert Capa, Henri Cartier-Bresson, Dorothea Lange, Robert Doisneau, August Sander, Ansel Adams, ... sont mises en scène d'une manière moderniste et spectaculaire.