mardi 31 juillet 2007

Jardin secret


Sonnet pour un jardin secret

Chaque nuit d’insomnie je flâne et me promène
Pieds nus dans l’herbe fraîche du doux jardin secret
J’aborde un lieu étrange monde des farfadets
Je suis, cheveux au vent l’étoile qui m’emmène.

Au détour d’un chemin tu m’attends sous un chêne
Nous nous fondons tous deux au cœur de ce sonnet
Et la lune d’argent nous poudre des reflets
D’un halo bleu céleste en observant la scène.

Marchons main dans la main tout droit au clair de lune
Nos ombres qui s’allongent jusqu’à ne faire qu’une
Effleurent en clair-obscur le jardin en émoi

Ta cocotte en papier libérée et magique
S’envole en ce jardin pour toi, rien que pour toi
Laissant à mon réveil un regret nostalgique.

dimanche 29 juillet 2007

Dimanche au travail


L'envie de peindre m'a reprise ce matin.
J'ai retrouvé la toile avec bonheur après ces mois de sculpture.
On dirait que ma muse est revenue.
C'est que il y a des sujets, des images, des rêves impossibles à représenter en sculpture.
La peinture permet beaucoup plus de délires, d'imagination.
J'ai commencé tôt le matin et je m'arrête seulement maintenant.
Il est 19h.
J'ai mal au dos mais je suis contente, ma journée a été bien remplie.

Clair de lune

Cette nuit, la maison est baignée d'une douce lumière qui entre à travers les persiennes.

Clair de lune

Votre âme est un paysage choisi
Que vont charmant masques et bergamasques
Jouant du luth et dansant et quasi
Tristes sous leurs déguisements fantasques.
Tout en chantant sur le mode mineur
L'amour vainqueur et la vie opportune
Ils n'ont pas l'air de croire à leur bonheur
Et leur chanson se mêle au clair de lune,
Au calme clair de lune triste et beau,
Qui fait rêver les oiseaux dans les arbres
Et sangloter d'extase les jets d'eau,
Les grands jets d'eau sveltes parmi les marbres.

Paul Verlaine, Fêtes galantes

vendredi 27 juillet 2007

Femmes

Appeler les femmes "le sexe faible" est une diffamation ; c'est l'injustice de l'homme envers la femme.
Si la non-violence est la loi de l'humanité, l'avenir appartient aux femmes.

[Gandhi]

500 ans de portraits de femmes en peinture

http://www.linternaute.com/femmes/magazine/video/0707-video-portrait-femmes.shtml

Découvrez l'évolution artistique du visage des femmes au travers d'une rétrospective de 500 ans de tableaux. Un morphing particulièrement réussi.
© Un film de Eggman

mercredi 25 juillet 2007

Une page bucolique

Le soleil était là ce matin avec le spectacle des petits veaux et leurs mamans dans la prairie par la fenêtre de l'atelier.
Une jolie araignée jaune avait tissé sa toile sur la terrasse et m'a fait penser à une aquarelle que j'avais réalisée il y a quelques temps...

Elle s'appelait "L'éphémère" et dans le coin inférieur gauche, une jolie araignée jaune...

lundi 23 juillet 2007

Préparatifs

c
Histoire de ne pas succomber à la tentation (tentation de replonger les mains dans la terre!) j'ai entrepris de sélectionner les tableaux que j'exposerai en septembre.
Pour cela j'ai dû entreprendre des fouilles dans mon grenier, presque de la spéléologie en rampant parmi les peintures...
C'est fou ce que j'ai pu accumuler en plus de 20 ans!
C'est vraiment moi qui ai fait tout cela?
Toute ma vie est dans ce grenier, comme une biographie en peinture et dessins...

dimanche 22 juillet 2007

Au jardin

J'ai profité de la matinée ensoleillée pour poncer,enlever toutes les petites imperfections de ma statue "Les 4 éléments.
Le mois d'août approche tout doucement et seulement à ce moment, je pourrai aller la faire cuire...C'est long!
Qu'ont tous ces gens à disparaître en juillet?
On dirait que la terre s'arrête de tourner, que le temps est suspendu...

Journal d'atelier: entre deux

Soleil éphémère


Un rayon de soleil, point entre les persiennes
Mais les yeux refermés, je prolonge mon rêve
En humant doucement, le parfum des troènes
Répandu dans la chambre, fragile comme une trêve.

vendredi 20 juillet 2007

Finitions



Voilà!
Je n'y touche plus.
Elle a son chapeau et je l'oublie quelques jours sous son plastique pour un lent séchage, tout en douceur.
La cuisson sera pour après les vacances car elle doit sécher encore au minimum un mois...

Demain, nettoyage à fond de l'atelier.
Il y a de la terre partout.
Et puis, je vais reprendre systématiquement, méthodiquement tout ce que je dois exposer en septembre pour les dernières retouches, mises au point...

Je suis contente quand je termine une pièce, comme soulagée du travail accompli mais après quelques jours de farniente, ça revient me titiller et je recommence à tourner autour du bac de terre comme un lion en cage.

jeudi 19 juillet 2007

Le chapeau de Zozo

Maurice Chevalier


(A chanter avec la musique et l'accent parisien)

Avez-vous vu le nouveau chapeau de Zozo?
C'est un chapeau, un papeau rigolo
Sur le devant, on a posé trois plumes de paon
Sur le côté, un amour de perroquet
Pour être original, il l'est, ça je vous le jure
Ça n'est pas le bibi, le bibi de n'importe qui
A le voir si beau, tout Paris répétera bientôt
Avez-vous vu le chapeau de Zozo?

mardi 17 juillet 2007

Chaleur

Il a fait trop chaud cette nuit et ce qui devait arriver est arrivé!
Le chapeau de paille que j'avais commencé hier s'est fissuré sur les bords des deux côtés.
Malgré le linge humide dont je l'avais entouré, il a séché trop vite avec cette chaleur...
Je m'en doutais un peu, j'aurais dû attendre une température plus raisonnable pour continuer.
Aujourd'hui donc, j'ai retiré les morceaux fendus en attendant des jours meilleurs.
Patience!
Je peux toujours vous montrer cette peinture estivale rafraîchissante, allégorie de l'été...


Que la peinture est docile! Comme elle se laisse faire! Jamais elle ne se rebelle ni ne fait de caprices...

lundi 16 juillet 2007

Chapeau de paille

Le matin j'ai encore profité du soleil paresseusement mais après-midi avec les premières gouttes de pluie je me suis décidée à retirer les plastiques et le linge mouillé (presque sec d'ailleurs) de ma demoiselle endormie.


J'ai commencé son chapeau mais la terre sèche trop vite avec cette chaleur. Ce n'est pas bon ça!

Je l'ai remballée sous un linge bien mouillé et j'espère pouvoir continuer demain quand elle sera bien humidifiée et que le temps sera moins chaud.

J'attends l'orage maintenant. L'air est lourd. Les premières gouttes vont s'écraser sur le jardin et la terre va exhaler ses odeurs d'herbe mouillée que j'adore.

dimanche 15 juillet 2007

Feu d'artifice

Comme je l'avais prévu, j'ai abandonné momentanément ma sculpture pour profiter de cette magnifique journée (enfin!) au soleil...
Au programme, bronzage, lecture, sieste, paresse!
Le soir, je suis allée à Liège car comme chaque année ici, nous fêtons la fête nationale française avec le consulat de France.
Village gaulois, bal aux lampions et superbe feu d'artifice!
C'est un peu étrange car pour notre fête nationale belge le 21 juillet, il ne se passe rien, tout le monde s'en fout mais pour rien au monde nous ne raterions le 14 juillet!
Souvenir d'un temps où nous étions français, amitié avec la France dont nous nous sentons bien plus proches que des Bruxellois et surtout des flamands...
Beaucoup de monde le long de la Meuse en attendant le feu d'artifice.


Et comme d'habitude, les "rattachistes" à la France en profitent pour faire signer des pétitions.

Au moment même où à Paris Sarkozy s'emploie à effacer tous les symboles de ce qui peut rappeler de près ou de loin un passé un peu trop à gauche à son goût en transformant la fête nationale française en une fête européenne nous fêtons toujours ici à Liège la prise de la bastille!



Bonne fête à mes amis français

vendredi 13 juillet 2007

Pas à pas

J'ai l'impression de ne pas avancer...
Je n'ai fait que retoucher le nez, les yeux, l'oreille...
Quant aux cheveux, ils sont fait très sommairement puisqu'elle aura un chapeau de paille.
Il est temps!
On annonce du soleil et de la chaleur pour demain. Enfin!
J'espère ne pas céder à la tentation de me faire bronzer et la laisser se débrouiller seule en attendant mon bon vouloir...

jeudi 12 juillet 2007

Terre chamottée

Lasse de la casse, au séchage ou à la cuisson, j'ai employé cette fois une terre chamottée.

La terre chamottée est une terre de structure fine parsemée d'éléments nettement plus épais (la chamotte) visibles à l'œil nu.
Le plus souvent, la chamotte est elle-même une argile cuite qui a été broyée en grains de tailles diverses.
A l'instar du béton qui doit sa solidité à des cailloux et autres composants de grande taille noyés dans un ciment, une argile chamottée est beaucoup plus résistante, mécaniquement parlant, qu'une terre lisse mais surtout, elle ne connaît qu'un faible retrait au séchage, la chamotte autorisant une évacuation homogène de l'eau sans affaiblissement de la structure.

Je ne m'y fais guère...Trop habituée à travailler la terre lisse.Je ne retrouve pas non plus le plaisir sensuel de la terre lisse sous les doigts, la sensation agréable du pétrissage, du lissage après ébauche. C'est une autre façon de travailler que je dois encore découvrir...

Je ne peux pas m'empêcher d'essayer de rentrer et de faire disparaître les petits granulés de chamotte. Je suppose que c'est une utopie, que je dois faire avec et même en tirer parti en faisant un autre style de sculpture...Pas évident!


Un morceau d'enfance

A la sortie du super-marché, sur un étal, une dame vendait des bonbons en vrac et j'ai reconnu des bonbons que je mangeais lorsque j'étais petite fille sage. Des bonbons à la violette. Je les ai toujours connus. Délicieux avec un goût d'enfance et un parfum de nostalgie...


NB: Je dessinais déjà...

Créer, c'est toujours parler de l'enfance. [Jean Genet]

mardi 10 juillet 2007

Rayon de soleil

Après trois jours de moral en berne, il était grand-temps de m'y remettre...

Bien sûr, elle est loin d'être terminée...

Demain je vais me concentrer sur les cheveux (comme en peinture, j'aime bien faire les cheveux) et ensuite sur toutes les choses qui ne vont pas...

Fin d'après midi un rayon de soleil dans l'atelier l'oblige a fermer les yeux.

Je vais peut-être lui faire un grand chapeau de paille.

dimanche 8 juillet 2007

Monstre d'acier

Hier soir, après le cinéma et un concert de blues américain au café Le Parc, le spectacle continue sur le chemin du retour.


Je me suis arrêtée au bord de la route pour photographier ce monstre d'acier.

Le ciel lumineux d'été sur le paysage de béton et ferraille.

Les quais de Meuse, panorama dantesque sur les usines de poussières et de fumées

C'est à la fois horrible et fabuleux.

Monstrueusement beau dans sa démesure et sa décadence.

Ce paysage qui fait partie du quotidien des gens d'ici est fait d'amour-haine.

Il tue, les accidents, les cancers et aussi il nourrit et fait vivre ceux qui sont nés ici, ceux qui sont venus d'un pays plus beau pour survivre.

Coup de tramontane sur Ougrée.(acrylique sur toile)

Il y a de la poésie dans tout.

samedi 7 juillet 2007

Blues

Les chants desespérés sont les chants les plus beaux
Et j'en sais d'immortels qui sont de purs sanglots.
Musset


Les bleus à l'âme, le blues, une envie de ne rien faire, de dormir, de se traîner...
Comment calmer les angoisses?
En plongeant les mains dans la terre.
En sortant les émotions sur la toile.
C'est le privilège de l'artiste, transformer les ondes néfastes en créations.
L'oeuvre devient une thérapie, elle se substitue au psy en permettant à l'artiste d'extérioriser ce qu'il ressent.
Elle permet de réfléchir tout en occupant ses mains, en s'efforçant de mener son travail à bien.


Un extrait du très beau poème d'Aragon, Les oiseaux déguisés.

Le peintre assis devant sa toile
A-t-il jamais peint ce qu'il voit
Ce qu'il voit son histoire voile
Et ses ténèbres sont étoiles
Comme chanter change la voix

Ses secrets partout qu'il expose
Ce sont des oiseaux déguisés
Son regard embellit les choses
Et les gens prennent pour des roses
La douleur dont il est brisé

jeudi 5 juillet 2007

Alter ego


Alter ego...Un autre moi-même.
Terre rouge et patine noire.

Petites futilités


La flemme! Pas envie de travailler.
J'ai pris tous les petits restes de terre, trop peu pour faire une sculpture mais que je n'ai pas jeté en bonne économe, et j'ai fait de petits pendentifs, des perles, ect...
Des bijoux, des futilités!

dimanche 1 juillet 2007

Gaufres de Liège


J'ai toujours pensé que la cuisine est un art à part entière...Quelle différence y a t'il entre plonger la main dans la terre ou dans la pâte? Pétrir la terre ou pétrir la pâte?

Quelle différence entre ajouter de la chamotte à l'argile ou du sucre perlé à la pâte?

Il y a très longtemps que je n'avais plus fait ces gaufres...

De l'avis de tous ceux qui les ont goûtées, elles sont délicieuses, à tel point qu'un de mes maris disait qu'il m'avait épousée pour mes gaufres...(à la réflexion, j'ai bien fait de divorcer).

Cette recette m'a été donnée par ma mère qui la tenait de ma grand-mère et je me demande à qui je vais la transmettre. Est-ce que mon fils ferait des gaufres? Ce serait dommage de laisser perdre le secret... Il faudra que je lui demande sinon, j'envisagerai de mettre la recette sur ce blog! Ce serait trop triste qu'elle sombre dans l'oubli!