dimanche 26 octobre 2008

Séraphine Louis, Camille Claudel...Une menace pour la société?

Hier soir je suis allée au cinéma voir le film Séraphine.

http://www.commeaucinema.com/film=seraphine,89280.html

Née à Arsy, dans l'Oise, Séraphine Louis est d'abord bergère, puis employée de maison à Senlis. Le soir, à la bougie, elle peint. Il s'agit, en la matière, d'une autodidacte.
Un jour, de passage à Senlis, le galeriste allemand Wilhem Uhde, installé à Paris depuis 1904, ami de Picasso, remarque le travail de Séraphine Louis.

Il présente l'oeuvre de cette dernière, ainsi que celle d'Henri Rousseau, André Bauchant, Camille Bombois, Louis Vivin, dans le cadre de l'exposition Art naïf, organisée par ses soins à Paris, en 1928.


Internée depuis 1932, Séraphine Louis continue à peindre sans relâche. Aujourd'hui dispersée, son œuvre est mal répertoriée, mal datée, et reste méconnue, voire peu considérée, faute de pouvoir apparaître dans sa cohérence et son cheminement propres.

Ce matin en recherchant des informations sur cette peintre dont je connaissais quelques tableaux mais rien de sa vie, j'ai appris que Séraphine est morte de faim en 1942, à l'hôpital psychiatrique de Clermont-de-l'Oise, après 10 ans d'internement.

Camille Claudel est également morte de faim en octobre 1943, à l'hôpital psychiatrique de Montdevergues, près d'Avignon.
Camille Claudel à Montdevergues


Camille Claudel à 20 ans

L'âge mûr

Camille Claudel, le 25 février 1917, depuis Montdevergues, adresse au docteur Michaux une lettre poignante Pour lui demander d’intercéder en sa faveur.

Extrait :

Du côté de ma famille, il n'y a rien à faire : sous l'influence de mauvaises personnes, ma mère, mon frère et ma sœur n'écoutent que les calomnies dont on m'a couverte. On me reproche (ô crime épouvantable) d'avoir vécu toute seule, de passer ma vie avec des chats, d'avoir la manie de la persécution ! C'est sur la foi de ces accusations que je suis incarcérée depuis cinq ans et demi comme une criminelle, privée de liberté, privée de nourriture, de feu, et des plus élémentaires commodités.

Paul Claudel lui-même, a visité sa sœur cinq fois en 30 ans, - certes il voyageait, car il exerçait le métier de diplomate !

Clotho

Camille Claudel et Séraphine Louis, sœurs de famine, rêvaient de devenir ce qu'elle étaient : libres, artistes, femmes. La poursuite d'un tel rêve passa aux yeux de l'époque pour acte de piraterie qui menaçait l'ordre moral.

Deux artistes, deux femmes, deux vies, ont été ainsi abandonnées à l'institution, puis abandonnées par cette dernière.

12 commentaires:

  1. Séraphine ne rêvait pas d'être artiste, elle l'était sans le savoir, elle vivait son art, elle était habitée; elle était heureuse; elle n'a rien demandé à personne, elle est devenue malheureuse à partir du moment où elle a été artiste reconnue.
    Camille Claudel s'est battue pour avoir sa place.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est faut. Elle voulait être reconnue et le désirait plus que tout. Elle a travaillé très fort pour y arriver. Lors de la crise économique, alors qu'elle ne pouvait plus recevoir l'approvisionnement désiré de Paris, afin de peindre ses grands formats, elle recommença à peindre sur de petits bouts de bois et de carton. Quelques mois plus tard, elle était internée.

      Supprimer
    2. Je n'ai jamais dit qu'elle ne voulait pas être reconnue.
      Je dis même qu'elle a continué à peindre internée:
      "Internée depuis 1932, Séraphine Louis continue à peindre sans relâche"

      Supprimer
    3. Par contre oui elle voulait être reconnue, mais une fois internée je ne pense pas qu'elle ai continuer à peindre,si tu es sure de toi dis-moi parce que ça m'intérresse. Car dans le film Séraphine justement, quand on se retrouve pour la seconde visite de Wilhelm Udhe à l'Asile en 1935, le medecin explique au collectionneur qu'elle lui a dit que "La peinture, s'est passé dans la nuit". Donc oui elle a du peindre encore 2 ou 3 ans après être internée mais elle a encore vécu jusque 1942 donc voilà.Enfin moi à mon avis, dès le moment où on l'a interné elle a arrêter de peindre. Si je me trompe dites-le moi!Bonne soirée :)

      Supprimer
  2. Petit point d'histoire (qui n'enlève rien au tragique de la chose, au contraire), elles n'ont pas été abandonnées parce qu'elles s'appelaient Camille Claudel et Séraphine Louis mais parce que ladite institution a laissé mourir de faim des dizaines milliers d'aliénés dans ses "hopitaux" psychiatriques.

    Marc T

    Les historiens discutent encore pour savoir si c'était complètement intentionnel mais les chiffres sont incontestables

    RépondreSupprimer
  3. La lumière ne se fait que sur les tombes !!

    Lanne

    RépondreSupprimer
  4. J'ai le projet de voir ce film très prochainement ; je suis passionnée par Camille depuis toujours... et n'ai pas envie d'ajouter d'autres mots la concernant, Elle si vraie dans tout ce qui la touchait.
    (Je travaille depuis qq mois (ben oui...tout ça.. ) sur un tableau la représentant, avec Rodin qui plane derrière elle, et au premier plan, sa dernière sculpture que je tente (avec difficultés...) d'insérer en relief à la toile...). Merci pour cet instant-émotion.

    RépondreSupprimer
  5. Projet ambitieux annsun!

    Pas évident la sculpture en relief à l'avant-plan...

    Comment comptes-tu faire?
    Avec quel matière?

    Peut-être coller un bas-relief sur le tableau...???

    J'espère que tu me montreras bientôt.

    RépondreSupprimer
  6. Marc T, je sais que des dizaines milliers d'aliénés sont morts de faim dans les asiles et que cela a été passé sous silence avec comme prétexte les tickets de rationnement pendant la guerre mais il ne doit pas y avoir que ça car déjà avant la guerre ils étaient affamés et sans chauffage.

    RépondreSupprimer
  7. je suis pour ma part convaincue que les femmes n'avaient malheureusement pas leur place en tant qu'artistes, ce qui expliquent pourquoi on en connait si peu...l'art culinaire est un exemple indiscutable, comme si les femmes avaient prouvé qu'elles ne savaient pas la faire...C'est triste qu'une telle société machiste est étouffée des talents merveilleux

    RépondreSupprimer
  8. J'ai lu qu'elle avait continué à peindre durant les premières années sur ce qu'elle trouvait, carton, etc.... Mais au fil des ans, elle s'est désintéressée de la peinture.

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Christiana,
    Hier soir, j'ai "savouré" "Séraphine" pour la seconde fois à la télévision !
    Une extraordinaire actrice, une vie dramatique, un superbe film : c'est sans hésiter que je le regarderai à nouveau, la prochaine fois qu'il sera programmé ...

    ... et mine de rien ... je te suis en "cinque terre" ...

    A bientôt !

    RépondreSupprimer

Vous pouvez me laisser un petit commentaire...