jeudi 19 mars 2015

Un tableau Ikea exposé au musée!

Dans quelle société vivons-nous?

Ce fait me conforte dans l'idée qu'il était temps d'arrêter! Non pas arrêter de créer mais arrêter d'exposer dans les galeries.

Le piège!

Une société de production néerlandaise spécialisée dans les contenus web a observé les réactions d'amateurs d'art face à un tableau vendu 10€ chez Ikea, mais exceptionnellement exposé dans un musée au milieu de vrais tableaux.



Qu’est-ce que l’art?

Un jeune suédois a officiellement relancé le débat en partageant sur les réseaux sociaux une vidéo dans laquelle il installe un tableau de la chaîne IKEA dans un musée. Les visiteurs et amateurs d’art de l’endroit n’y voient que du feu.
Lorsque le jeune homme demande aux gens comment ils interprètent le tableau, ceux-ci se lancent dans de lourdes explications.



«C’est une illustration du chaos dans son esprit»

«C’est un artiste qui peut mettre ses émotions dans ces peintures», disent-ils.

L’artiste IKE Andrews (IKEA) est visiblement bien apprécié par les amateurs d’art.


De plus, lorsque le jeune homme demande aux visiteurs du musée combien ils payeraient pour une telle œuvre, les prix vont jusqu’à 2,5 millions d’euros!



Le débat sur la définition de l’art avait d’abord été lancé par Duchamp en 1917, alors que ce dernier avait mis une cuvette de toilette dans un musée et proclamé qu’il s’agissait d’une œuvre d’art.

Petit rappel de ma lettre rédigée lors de ma dernière exposition, je ne regrette rien!


Ma dernière exposition…

Réflexions sur l’artiste dans la crise

Les temps sont durs…

A Liège, de nombreuses galeries ont fermé.

Certaines s’essayent à de nouveaux projets qui, malheureusement ne durent jamais très longtemps face au prix de l’électricité et des loyers de plus en plus chers.

Avec la crise, l’art est devenu un marché économique, un placement, une spéculation. Il a été assimilé à un objet de consommation, d’investissement, de calcul, de supputation, de traficotage, de surenchère et de snobisme. Il n’a plus grand-chose à voir avec la création, l’expression d’une émotion, le coup de cœur de l’acheteur…

Il y a toujours des artistes qui créent avec passion, dans la souffrance comme dans la joie mais ils rencontrent de plus en plus d’obstacles.

La société dans laquelle nous vivons est devenue une société de l’image qui nous en abreuve du matin au soir. Photos, reproductions de peintures imprimées en relief sur toiles à prix dérisoires dans les chaînes de magasins de décoration bon marché pour des cohortes de consommateurs  qui aiment  renouveler leur déco tous les trois ans, d’après les statistiques.
(je n'imaginais pas que ce fait divers allait m'apporter la preuve sur un plateau d'argent)
Pour l’artiste, il devient exténuant d’essayer de montrer son travail, de durer, résister.

On dit de l'art qu'il ne sert à rien et qu'il ne permet pas de vivre.

L'art ne devrait pas se vendre comme une marchandise car il s’adresse à la sensibilité, à l’émotion.

Après plus de 35 ans de peinture et d’expositions, comme beaucoup d’autres artistes qui se posent les mêmes questions, je suis lasse de me battre sans cesse contre des difficultés croissantes qui me prennent toute mon énergie. Cette énergie qui devrait être exclusivement consacrée à la création s’étiole dans des recherches de stratégies afin de convaincre galeries, centres culturels et public que la peinture et la sculpture ne sont pas des futilités.

Je comprends les visiteurs qui, pris à la gorge par la crise, se concentrent sur leurs prêts à rembourser, la cuve de mazout à remplir, ou l’électricité à payer.

Pourtant, les participations n’ont jamais été aussi nombreuses dans les ateliers créatifs. Cela révèle un besoin d’évasion, un désir d’autre chose.

La culture est la représentation d’une région, d’une communauté ou d’un pays. La perdre du vue, l’oublier, ne pas lui donner sa chance de survivre, c’est perdre notre mémoire, nos racines.

 

13 commentaires:

  1. les expos............
    il y a des expos sympas, ou on voit du monde, des amis........ ou on ne se prend pas la tete..........
    et, il y a les expos "pince fesses"
    la ou les gens vont pour se faire voir...........

    il y a des expos ou les exposants se sont cassé le cul, pour créer,
    et d'autre ou seul le fric compte................

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, j'en suis restée bouche bée en voyant ce "tableau" comment peut on proposer une telle somme d'argent pour ce "gribouillage sans queue ni tête?
    Cela me rappelle lorsque j'ai rencontré mon père pour la seule et unique fois lors d'une exposition de ses tableaux et sculptures, je me suis dite" mais qu'est ce que cela représente?
    Mis a part quelques unes de ses sculptures, je n'aime pas du tout son "style"
    Pour moi l'art de peindre s'est reproduire sur toile de l'émotion, des ressentis de notre intérieur et surtout peindre par amour de l'art, c'est offrir au visiteur du beau, de l'émotion, c'est partager la magie des couleurs, des sujets et sa vision sur la vie, sur une région.
    Tout comme lorsque je prend une photo, j'aime à immortaliser, un instant magique, un paysage, une émotion.
    Mais de nos jours il n'y à pratiquement plus de place pour l'émotion et l'art au vrai sens du terme disparait peu à peu! Bien triste, j'aime beaucoup ta lettre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne voulais vraiment pas faire un post sur " ce qu'est l'art", bien trop subjectif, je ne m'y risquerais pas... mais sur les dérives de notre société.

      Supprimer
  3. La réflexion à propos de ce qu'est l'Art est vieille comme la philosophie, Christina, et l'a traversée sous la plume des plus grands penseurs, - à commencer par Platon -, mais aussi des plus grands artistes qui ont beaucoup écrit à son sujet. Mais avant, elle ne se plaçait pas sous l'éclairage de l'argent : c'était une vraie réflexion de fond.

    Depuis le XXème siècle, - et non pas la "crise" comme tu le crois, rappelle-toi Modigliani qui échangeait ses oeuvres pour se nourrir ou Van Gogh, entretenu par son frère, qui n'a vendu qu'une seule toile de son vivant -, la spéculation s'est emparée de l'art, quel qu'il soit d'ailleurs ...

    Certes, les déboires économiques que beaucoup connaissent n'arrangent rien à l'affaire : les gros richards (les autres, pas moi !) nagent dans des sphères qui peuvent encore s'offrir n'importe quoi, alors que la majorité des "petites gens" ont, comme tu le soulignes avec raison, bien d'autres préoccupations quotidiennes que l'acquisition d'une oeuvre d'art ...
    D'où cet engouement pour des sous-produits proposés dans certains commerces de décoration. Il faut parfois savoir s'accommoder de peu. Quand je n'ai pas l'opportunité de me rendre à une exposition, je me contente du catalogue ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je maintiens "crise" (dans tous les sens du terme) car les choses étaient très différentes avant la seconde guerre; au début du XXème s. il y avait encore des galeries qui faisaient leur métier de galeriste, des mécènes. Tu cites Modigliani mais n'oublie pas que Ambroise Vollard, marchand d’art célèbre, lui achète toute sa production de 1905 ! C'est sa santé fragile, ses excès de drogues et ses problèmes de censure (à cause des nus impudiques) qui l'on fait mourir dans la misère. Pour Van Gogh, le rôle de son frère Théo fut très ambigü. Il n'essayait pas de vendre les toiles de son frère dans sa galerie, pourquoi? Il ne croyait pas en lui ou spéculation? On n'a jamais pu trancher...

      Supprimer
  4. Certes, Christiana, mais quelles que soient les raisons ou les motivations de l'entourage, le fait est que ces deux-ci, et bien d'autres plus ou moins connus, ne vécurent guère de leur art ...

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Christiana, c'est , en effet, assez surprenant. Un tableau fabriqué (je n'ai pas d'autres mots) par une grande marque de meubles en kit et à prix dérisoire J'avoue que je suis perplexe sur cette exposition là . Une provocation sans aucun doute , ne crois tu pas ? ou un joli coup marketing !

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Christiana,
    Je dirai tout simplement allez chez Christiana ou chez mon amie Marie-Hélène : http://marihelen.canalblog.com/ voir un peu par curiosité ce que j'appelle de l'art ! Point n'est besoin d'explications ni de retourner la toile ................
    Gros bisous.
    Annie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Annie, tu es bien gentille! Bisous.

      Supprimer
  7. Bonjour Christiana, Est-ce que toutes les galeries seraient à ce point mercantiles ?
    Pour le billet suivant : Oui et oui, pour le sidaction.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toutes, non, il y en a encore qui aiment les artistes...je suppose...

      Supprimer
  8. Je comprends tout à fait ton cri de colère !!!

    RépondreSupprimer

Vous pouvez me laisser un petit commentaire...