samedi 30 janvier 2016

Barbizon



Barbizon, le « village des peintres »



Ce village de bûcheron est devenu par sa situation, le cœur d'un mouvement pictural qui porte son nom : l'école de Barbizon. 


Jean-François Millet


 Ce mouvement est né de la préoccupation de certains artistes à vouloir représenter la nature intacte. Tout a commencé en 1830 par l'arrivée de Jean-François Millet et Théodore Rousseau.


                                                                     
  Théodore Rousseau




Jean-Baptiste Corot les a suivis et bien d'autres après lui, tellement que vingt ans plus tard, Barbizon était le lieu obligé pour tous les peintres paysagistes, quelque soit leur nationalité.


 Jean-Baptiste Corot

                                                           


À l'auberge Ganne, où les peintres sans un sou partageaient jusqu'à la même chambre et dessinaient sur les murs pour s'entraîner à perfectionner leur trait, les soirées finissaient tard et très alcoolisées.






Aujourd'hui encore, le visiteur peut se replonger dans cette époque qui a vu naître l'idée même du peintre romantique, en quête d'une nature pure et belle.




C'est d'ailleurs ce que sont venus chercher Corot, Millet et Rousseau, dans un premier temps, puis inspirés par eux, Monet, Renoir ou encore Sisley, tous attirés par la proximité de la forêt de Fontainebleau. En 1890, l'appellation « École de Barbizon» prend son sens, par la présence depuis déjà plusieurs décennies d'artistes qui installaient leur atelier, tels Rousseau.





Alentour, des bois permettent en effet aux visiteurs de se promener après un déjeuner copieux dans l'un des nombreux restaurants de terroir qui ont su comprendre l'attraction d'un tel lieu.

Alors que vous pourrez sauter à pieds joints dans l'histoire du lieu, assez magique, et sans cesse rappelée à vous par la présence, en pleine rue, de reproduction de tableaux, vous pourrez aussi glaner la toile idéale, dans l'une des nombreuses galeries d'art qui parsèment la rue principale, de la plus classique à la plus contemporaine.






Ugo Riva " Le piège à anges "


Chaque année, 35 000 touristes, Français comme étrangers, viennent à la rencontre de ce « village des peintres », séduits par un charme bucolique à la française, jadis passage obligé de tous les aspirants artistes.






4 commentaires:

  1. J'aime quand tu pars en vacances : j'apprends toujours bien quelque chose de neuf ...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour et bon dimanche Christiana,
    Voilà de bien belles œuvres à visiter et si bien expliquées comme toujours !
    Merci pour cette promenade permettant d'oublier nos soucis de vente de maison ( une histoire de fous !!!)
    Gros bisous.
    Annie

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Christiana.
    Tes voyages sont toujours des occasions de délicates aquarelles.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour superbe, j'ai aimé me balader et admirer ces jolis tableaux, ces belles sculptures et en plus j'ai appris plein de choses, bon dimanche et merci

    RépondreSupprimer

Vous pouvez me laisser un petit commentaire...