samedi 29 octobre 2016

Porte-bonheur?

Pas encore paru et pourtant déjà une critique, si belle!... sur le site Babelio.

Une inconnue passionnée,  qui a lu probablement les épreuves brochées et qui a aimé le roman.






lien cliquable

Comme c'est la toute première, je ne peux m'empêcher de la reproduire ici, en espérant qu'elle me portera chance pour la suite.

« La sonate oubliée » est un roman qui s'écoute autant qu'il se lit. Nous suivons deux violoncellistes prodiges que séparent près de trois siècles : Lionella, 17 ans, d'origine italienne vivant à Seraing, qui s'apprête à passer un concours de musique et Ada, 20 ans, pensionnaire « figlia di coro » de l'Ospedale della Pietà, en 1725. Leurs deux destins se retrouveront étrangement enlacés par ce qui donne au roman son titre lyrique : une sonate oubliée aux inspirations « vivaldiennes »…
C'est avec un mélange de ravissement et de nostalgie que je referme ce roman. Je ne l'ai pas lu, j'ai littéralement absorbé chacune de ses pages. Et quel bonheur que ces deux jours passés en compagnie de ces deux héroïnes… Entre concours de violoncelle et compositions du célèbre « prêtre roux », Antonio Vivaldi, la musicienne et amoureuse du violon que je suis a été emportée par cette histoire. le temps de ma lecture je n'ai plus touché terre. Je volais entre la Belgique, aux côtés de Lionella, et Venise, fascinée par le destin de la jeune Ada. A la fois éblouie et emplie d'inquiétudes. J'ai découvert l'incroyable histoire de la Pietà, célèbre hospice qui recueillait nouveau-nés abandonnés et jeunes orphelines. J'ai appris que les jeunes femmes qui y chantaient et jouaient étaient dissimulées au public derrière des grilles. Et j'ai vraiment eu la sensation de me trouver dans la Venise du XVIIIe siècle.
Ce roman chante, résonne et prie. L'atmosphère y est magicienne, féérique et occulte. À chaque page j'entendais le son de l'archet sur les cordes. J'entendais les voix de ces jeunes femmes s'élever jusqu'au ciel ébloui. J'admirais les silhouettes masquées déambuler dans les ruelles de Venise. Je sentais la peur, l'attente, le travail acharné et l'espoir.
Ce livre est exactement l'histoire que j'avais envie de lire. C'est merveilleux, une telle rencontre littéraire. Il y a tant de délicatesse dans ce roman, tant d'espoirs et de passion. Je suis passée de la tristesse à l'enchantement, du désarroi au soulagement. Dévoiler le texte masqué
C'est un vrai voyage dans le temps autour duquel s'enroulent les arabesques divines des violoncelles flamboyants. C'est captivant, déchirant, lumineux. Si le roman s'était allongé de 200 pages, j'aurais dévoré ces 200 pages supplémentaires avec le même plaisir et la même magie dans les yeux. Mais je l'ai aimé tel qu'il est et je le referme avec le sourire aux lèvres, émue par tant de poésie et de beauté, avec l'envie irrépressible de partir pour Venise sur les traces des orphelines de la Pietà.
Et je vais de ce pas saisir mon violon pour ne pas craqueler le charme.
Un immense merci à NetGalley et aux éditions Préludes qui poursuivent leur fabuleuse collection aux thèmes si bouleversants et aux couvertures poétiques et délicates.

2 commentaires:

  1. Bonjour chère Christiana,
    Un superbe éloge, tout en douceur dans son enthousiasme, et une mise en bouche pour tes lecteurs qui vont se régaler comme je le présageais !
    A bientôt et mes félicitations méritées.
    Gros bisous.
    Annie

    RépondreSupprimer
  2. Une critique qui donne envie de lire. Encore un peu de patience

    RépondreSupprimer

Vous pouvez me laisser un petit commentaire...