dimanche 10 avril 2016

Nancy

Nancy se situe dans le Grand Est, au sud du département de Meurthe-et-Moselle et au centre de la région Lorraine.

Stanislas Leszczynski, roi de Pologne et beau-père du roi de France par sa fille Marie Leszczynska, mariée à Louis XV en 1725, souverain écarté du trône de Pologne en 1709 puis en 1733, reçoit en viager le duché de Bar et le duché de Lorraine, que le duc légitime François III est contraint d'échanger contre la Toscane au traité de Vienne.


S'il règne, il n'a que peu de pouvoir de décision : c'est l'intendant dépêché par le roi de France qui gère les affaires du duché, préparant l'intégration à la France. Stanislas s'applique à améliorer la qualité de vie de ses nouveaux sujets et à faire du duché un pôle culturel. Le duché connaît alors une sorte d'apogée, en plein siècle des Lumières. Stanislas crée en l'honneur de son gendre une place Royale de belles proportions qui recevra plus tard son nom.



 À la mort de Stanislas en 1766, le duché revient à la couronne de France.






Devenu duc de Lorraine, le roi Stanislas veut moderniser sa capitale, il a l'idée géniale de relier la vieille-ville médiévale à la ville-neuve de Charles III par un système de places urbaines, en marquant la transition par un arc de triomphe.



Cet ensemble, constitué par la place Royale, rebaptisée place Stanislas, et la place de la Carrière, articulées par l'arc de Triomphe (porte Héré), combine avec grâce des bâtiments majestueux et les fameuses portes d'or du serrurier Jean Lamour.




Hôtel de ville, palais de l'Intendance (palais du Gouvernement), hôtels particuliers de la haute noblesse en font la grandeur ; la place d'Alliance complète ce dispositif par un square plus intimiste.




 


La place Stanislas donne aussi accès au parc de la Pépinière créé par Stanislas, d'une superficie de 23 hectares en plein centre-ville, avec ses jardins à l'anglaise.



Cet ensemble du XVIIIe siècle est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. Après restauration, la place Stanislas fête ses 250 ans en 2005 en devenant entièrement piétonne.



Place Stanislas: Musée des Beaux Arts de Nancy


La transfiguration de Rubbens


Tableau monumental sur lequel son épouse Hélène fourment est représentée duex fois


Parmi les prestigieux chefs-d'oeuvres de Pérugin, Caravage, Breughel-le-Jeune ou Picasso...
Une délicate petite scupture en terre cuite de Pierre-Joseph Michel

Et la découverte d'un peintre local étonnant: Emile Friant


 Émile Friant naît à Dieuze, alors dans le département de la Meurthe, avant de s'établir à Nancy devant l’invasion prussienne en 1870. Il fréquente brièvement l'École professionnelle de l'Est (actuel lycée Loritz), avant d’être repéré très tôt par Théodore Devilly, directeur de l’École des beaux-arts de Nancy qu'il intègre. Son apprentissage des techniques de peintures à l’école de beaux arts, combiné à un talent évident lui permettent d’exposer aux Salons des beaux-arts de Nancy dès 1878, alors qu’il n’est âgé que de quinze ans. Il ne quitte Nancy pour Paris que pour exposer à la capitale les sujets lorrains



Des personnages hyper-réalistes sur fonds impressionnistes!


À l’époque son style est parfois jugé comme trop réaliste. En effet, l'exactitude qui caractérise les œuvres des artistes naturalistes est proche de la précision d’une photographie, nouveau médium qui le passionnait.


Mais le plus époustouflant est la collection Daum!

 Riche de plus de 600 pièces, la collection Daum du Musée des Beaux-Arts de Nancy est considérée, aussi bien par la communauté scientifique que par le public, comme la collection de référence.


 En effet, elle n'a d'équivalent dans aucun musée français ou étranger.


 Cet ensemble, d'une qualité esthétique et historique de premier plan, permet de présenter l'histoire de la manufacture depuis ses débuts dans les années 1880 jusqu'aux créations des années 1990.

 Daum, histoire d'une famille :


 En 1871, Jean Daum, notaire à Bitche, s'établit à Nancy et rachète une verrerie locale fabriquant de la gobeleterie ordinaire. Ses fils Auguste et Antonin viennent rapidement le seconder.


 Vers 1891, Antonin Daum crée un département artistique. Avec des collaborateurs à la forte personnalité : Jacques Gruber, Henri Bergé et Amalric Walter qui introduit la technique de la pâte de verre, l'entreprise Daum dont la production s’inscrit dans le mouvement art nouveau, participe pratiquement à toutes les Expositions universelles. 


Après la première guerre mondiale, Paul Daum développe la nouvelle esthétique Art Déco.  Après la deuxième guerre mondiale, Henri et Michel Daum privilégient les transparences du cristal et les formes épurées. A partir de cette époque, la Manufacture ne cessera plus de s’associer à de grands noms – plus de 350, aujourd’hui - tels Salvador Dali ou César, plus récemment Hilton Mac Connico, Garouste et Bonnetti et Christian Pillet pour créer des modèles réalisés en pâte de verre.



 Dans les locaux d’origine des cristalleries au centre de Nancy, une équipe de créateurs dessine et teste des prototypes ; l’atelier produit les pièces les plus rares ; dans l’unique magasin d’usine Daum, on trouve des objets de fins de série ou présentant de très légers défauts (souvent invisibles à un œil profane) à des prix intéressants.




8 commentaires:

  1. Bonjour Christiana,
    En voilà un beau cadeau pour tous !
    Merci pour la visite très instructive et si bien illustrée.
    Bonne continuation et gros bisous pour cette occasion... (Yannick ce jour !)
    Annie

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour superbes tes aquarelles sur Nancy, mon mari y a été pour son travail il m'avait dit que c'était une belle ville, merci bonne journée

    RépondreSupprimer
  3. Ah Nancy ! Ville que l'on "frôle" à chaque fois que nous nous rendons en Alsace et qu'à chaque fois, nous nous promettons de "revenir" visiter ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était également mon cas... Lasse de la frôler, j'ai eu envie de m'y plonger et ça vaut le coup si tu aimes l'art nouveau (à suivre)

      Supprimer
  4. Bravo pour ce reportage, tu as du te régaler avec toutes ces merveilles!! l'Art Nouveau fait parti de mes chouchous!!! Bisous Fan

    RépondreSupprimer
  5. Bravo pour ce reportage, tu as du te régaler avec toutes ces merveilles!! l'Art Nouveau fait parti de mes chouchous!!! Bisous Fan

    RépondreSupprimer

Vous pouvez me laisser un petit commentaire...