mardi 8 septembre 2015

Padoue (Padova)

Très certainement une des plus vieilles cités d'Italie (une légende raconte que le Troyen Anténor vint s'installer bien avant les Vénetes qui fondèrent Patavium au Xème siècle avant JC).






C'est la ville de Saint Antoine (1195-1231) et de Galilée (1564-1642) astronome et physicien.

A l'intérieur de ses anciennes murailles, Padoue était parcourue par un canal intérieur très fréquenté. 


Dès le XVème siècle, le trafic commercial de la basse Padouane à Vicenza traversait la ville pour rejoindre la rivière Brenta, également aménagée, pour rejoindre Venise.




Padoue - basilique Saint Antoine




La basilique Saint-Antoine de Padoue est la plus grande église de la ville de Padoue en Italie et la plus visitée. La place proche accueille la statue du Gattamelata, œuvre de Donatello.




Ce dernier réalisa également dans l'église le maître-autel, la barrière du chœur et un crucifix. Elle est dédiée à saint Antoine de Padoue, un moine franciscain du XIIIe siècle, docteur de l'Église.




La grande majorité des gens y vont pour "toucher la tombe du saint, et oublient de regarder ce qui est le plus beau : les reliefs en marbre sculptés, absolument superbes, qui décorent la chapelle du saint !




La chapelle du Trésor ou chapelle des Reliques
De style baroque, en 1745 les reliques de saint Antoine y furent transportées : trois niches avec de nombreux reliquaires en or, des anciens vœux, des objets liturgiques et sacrés. La niche centrale abrite le reliquaire du XIVe siècle du menton de saint Antoine et celui de la croix en cristal, réalisé en 1437, et ceux du XVe siècle de la langue et de l'appareil vocal du saint.



Statue équestre de Gattamelata (condottiere Erasmo de Nanni), 1446-1450, Donatello.
Dans cette statue du célèbre condottiere, Donatello qui s’inspire d’un monument équestre de l’Antiquité ( le « Marc Aurèle » sur la place du Capitole à Rome), conduit le sculpteur à l’une de ses plus hautes réalisations : les solides volumes du groupe, parfaitement calibrés, s’animent à travers l’intense palpitation du modèle, à travers le portrait du héros subtilement individualisé, figé dans une expression de tension contenue.

La masse imposante du « Palais de la Raison » s’élève dès l’époque médiévale dans le cœur de la vie économique de la ville.  Le Palais était l’ancien siège de l’administration de la justice.
Il fût construit à partir de 1218 et ensuite agrandit grâce à l’intervention de Frère Giovanni degli Eremitani en 1306-09.



Le Palais sépare les deux «places jumelles»: Place des Fruits et Place des Herbes où encore aujourd’hui, comme au moyen âge se tient chaque jour le marché. 



La chapelle Scrovegni

La Chapelle des Scrovegni, à Padoue, est un chef-d’œuvre d’art absolu. Elle peut être visitée par les touristes en petits groupes (25 personnes maximum) et après 15' en sas de "décontamination", uniquement sous réservation, à cause de la fragilité des fresques.


Voulue par Enrico Scrovegni, un usurier riche et puissant, la Chapelle fut peinte à fresque par Giotto. Il a fallu 855 jours pour terminer les œuvres, réalisées entre 1302 et 1305. 

Ces fresques sont considérées comme le chef-d'œuvre de Giotto et un des tournants de l'histoire de la peinture européenne.

 Devenue chapelle de Famille annexée au palais bâti sur un amphithéâtre romain de l’an 60 av. J.-C., ses espaces intérieurs présentent environ 1000 m carrés entièrement couverts de peintures évoquant des épisodes du Vieux et du Nouveau Testament.

 Enrico Scrovegni offre la maquette de sa chapelle à la Vierge

La Chapelle, dédiée à la Vierge Annoncée, bâtie en mémoire de Reginaldo Scrovegni, père d’Enrico Scrovegni, placé par Dante Alighieri dans le cercle de l’Enfer dans la Divine Comédie en tant qu’usurier, se présente comme une grande pièce avec un presbytérium accueillant le sarcophage du commanditaire. Elle possède un style architectural essentiel, qui lui a probablement  été conféré par Giotto, se caractérisant par des fenêtres hautes et étroites et d’une fenêtre de lancette triple de style gothique sur la façade.

La décoration de la chapelle fut confiée à Giovanni Pisano qui réalisa trois statues pour l’autel entièrement en marbre figurant la Vierge à l’Enfant entre deux diacres, tandis que Giotto accomplit le cycle de fresques. A l’époque Giotto se trouvait à Padoue, accueilli par les Frères mineurs, pour embellir la Chapelle Saint-Antoine mais il était déjà connu pour avoir peint à fresque la Basilique Saint-François d’Assise et celle de Saint-Jean-de-Latran à Rome.


Lorsque Giotto pénètre pour la première fois dans la chapelle, les murs sont totalement nus. En contemplant l'espace lumineux de cet édifice long de 20, 80 mètres, large de 8,40 et haut de 12,80 mètres, éclairé sur sa face sud par six hautes fenêtres à lancettes, il doit se réjouir car les vastes surfaces qui se présentent à lui ne sont dérangées par aucunes moulures ou niches et s'avèrent donc idéales pour être décorées de fresques.


Arrestation du Christ
Giotto divise la surface murale en des panneaux plus petits que ceux d'Assise (les fresques de Padoue mesurent 200 x 185 cm, celles d'Assises 270 x 230 cm). Les personnages de la fresque sont néanmoins presque peints en grandeur nature ce qui donne une grande unité à la fresque et une grande proximité avec des personnages à la concentration remarquable.

Comparés aux fresques d'Assise, la couleur et les volumes sont devenus plus doux. Toute rudesse a été éliminée. Les gestes des figures maintiennent un équilibre entre la "gravitas" de l'antiquité et le côté gracieux de l'art Gothique International. Le ton du récit est solennel et élevé bien que détendu et serein. Les personnages les plus importants ont un air majestueux, une expression de conviction et un regard fixe, profond et concentré desquels se dégage pourtant une manière rassurante et chaleureuse.

Rencontre à la Porte Dorée
Pour le cycle de peintures fut utilisé la technique de la fresque – qui s’appelait ainsi du fait qu’on réalisait les œuvres sur le mortier frais de façon que la couleur s’imprègne avant le séchage- et les tonalités incroyables des œuvres, comme le célèbre (et très cher) bleu outremer, ont été obtenues pas Giotto en utilisant des pigments de couleurs qui arrivaient à Venise depuis plusieurs endroits du bassin méditerranéen.



Le Jugement Dernier (détail). L'Enfer. Le choix du Mal, des vices, conduit directement au milieu des damnés, entrainés vers Lucifer et soumis aux tourments des diables
Bien que plusieurs peintures s’inspirent d’épisodes du Nouveau et du Vieux testament, parmi les représentations se distingue le "Jugement dernier" qui recouvre une entière façade de la chapelle,
figurant le Christ juge et roi parmi les apôtres avec, en-dessous les forces du Mal serrant et capturant les pécheurs.






 Dans l''« Adoration des mages », Giotto a illustré "l'étoile de Bethléem" sous forme d'une comète. Il fut inspiré par le passage en 1301 de la comète de Halley (d'où le nom de la sonde chargée de collecter des données sur la comète).


L'Adoration des mages

Dans l’ensemble la sensation pour les visiteurs se trouvant à l’intérieur de la chapelle est celle de se trouver à l’intérieur d’une Arche avec de nombreux hublots contenant les peintures sur support rond figurant le Christ parmi les Evangélistes et les Prophètes.



Voir les photos sur le site de la chapelle:

http://www.cappelladegliscrovegni.it/index.php/en/



5 commentaires:

  1. Bonjour chère Christiana,

    ... Je poursuis mon voyage... et je fais de belles découvertes. Des aquarelles somptueuses.
    Tu es une guide remarquable, j'apprends beaucoup de choses. Ta publication est fascinante. Merci pour cet excellent partage.

    Gros bisous ♡

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Christiana, superbe ton reportage que de jolies photos et tes aquarelles sont superbes, magnifique merci bonne journée avec le soleil.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Christiana,
    Tu nous faire faire de ces visites à faire pâlir les meilleurs guides !
    Quel beau voyage... Je ne pense pas y aller un jour !
    Commençons par l'Ardèche le 20... Il me faut oublier mon jardin, ma maison pendant quelques jours et passer à autre chose !!!
    Il y aura des photos sans doute... Je ne t'oublierai pas !
    Gros bisous.
    Annie

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Christiana,
    c'est juste magnifique . le rappel historique me plait bien aussi car cela met ton billet en situation. saint Antoine de Padoue est un saint qui, parait-il, porte chance alors ...get lucky !! Bon jeudi !

    RépondreSupprimer
  5. Beati voi di essere nel Veneto.



    Oui, chère Christiana, nous sommes allés hier au cours, mais c’était uniquement pour nous inscrire, enfin c’est monsieur Duguet qui a pris les cartes d’identité et qui a fait toutes les démarches. Nous paierons lundi prochain. Il nous a également donné notre feuille de route pour cette nouvelle année scolaire, il y a du pain sur la planche comme chaque année, mais en réalité, nous ferons, comme chaque année aussi, ce que nous pourrons.

    Lundi, si tu viens nous rejoindre, pense à prendre tes feuilles de l’année dernière enfin si tu les as encore, ainsi qu’un billet de 10 €.



    Je te souhaite une bonne fin de séjour dans la belle Italie. Tes photos de Padoue sont superbes, je n’y suis jamais allée, mais je sens que nous irons bientôt y jeter un coup d’œil. L’ennui avec toi, c’est que tu nous donnes envie d’aller tout visiter partout, car tu es vraiment une artiste et tu vois sous quel angle tu dois prendre les photos, mais on ne peut pas aller partout, malheureusement.



    Je te fais la bise en attendant de te revoir lundi prochain.

    Chantal

    RépondreSupprimer

Vous pouvez me laisser un petit commentaire...