mardi 15 septembre 2015

Vicenza

Vicenza appartient à la région de Vénétie , dont la capitale est Venise.
Elle doit son charme à un architecte de la Renaissance, Palladio (1508-1580), auteur d'innombrables monuments : palais, églises, villas, théâtre... La ville est d'ailleurs inscrite par l'Unesco au patrimoine culturel de l'humanité depuis 1994.


Palladio

Aux abords de la ville, les vallées verdoyantes, laissant deviner en toile de fonds, les Alpes et les Dolomites complètent le paysage.
La place des Seigneurs avec la Basilique Palladienne (symbole de la ville)





L'heure de l'apéro sur la place, le fameux spritz que l'on boit dans toute la Vénétie (Apérol, Prosecco,  eau de Seltz, tranche d'orange et une olive verte.




Le Théâtre Olympique fait partie des merveilles artistiques de la ville de Vicence classées au Patrimoine Mondial l'UNESCO. Ce théâtre représente le sommet absolu de la créativité d'Andrea Palladio, qui a tiré son inspiration des théâtres romains décrits par Vitruve.

Commissionné en 1580 par l'Académie Olympique, sa planification fut commencée la même année, mais Palladio n'à jamais vu la réalisation de l'oeuvre car il est mort avant.

Inauguré le 3 mars 1585 avec la mémorable représentation d'Œdipe roi de Sophocle, c'est le théâtre le plus ancien au monde. On y accède à travers les deux salles Odeo et Antiodeo, réalisés par Vincenzo Scamozzi, un autre grand architecte de Vicence, et décorés avec les fresques de Francesco Maffei, représentant des divinités et des figures allégoriques (1637) et avec une frise monochrome (1595).  

L'intérieur simule l'ambiance à ciel ouvert des théâtres classiques, avec un proscenium rectangulaire et des entrées à partir desquelles se développent perspectivement en éventail sept scènes en bois représentant les sept rues de Thèbes. Les scènes réalisées pour le spectacle inaugural par Vincenzo Scamozzi sont encore intactes.
Il y a bien longtemps, presque 30 ans, alors que je n'avais pas l'occasion de voyager en Italie, je rêvais déjà à la villa de Palladio, La Rotonda, et c'est en peinture que je m'y rendais en attendant de pouvoir un jour y aller vraiment...


La voici donc en réalité...

 La Villa Rotonda ou Villa Almerico-Capra est le nom d'une villa située près de Vicence en Vénétie. Elle a été construite entre 1566 et 1571, selon les plans de l'architecte Andrea Palladio.

Dans ses Voyages italiens (1786) Goethe donne un compte rendu détaillé et admiratif de sa visite de la villa.

 La villa a servi de décor au film de Joseph Losey, Don Giovanni, adaptation cinématographique de l'opéra Don Giovanni de Mozart.
Comme d'autres œuvres de Palladio et tout le centre historique de la ville de Vicence, la villa est inscrite depuis 1994 sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco.




Andrea di Pietro della Gondola, dit Andrea Palladio né à Padoue le 30 novembre 1508 et mort à Vicence le 19 août 1580 est un architecte de la Renaissance italienne. Il est l'auteur d'un traité intitulé Les Quatre Livres de l'architecture.
Son œuvre a eu un impact considérable et influence encore aujourd'hui de nombreux architectes.


La villa Valmarana connue pour ses fresques de Giambattista et Giandomenico Tiepolo, embauchés en 1757 par Giustino Valmarana. Les fresques furent réalisées en un peu plus de 4 mois. La villa tient son nom “ai Nani” (qui signifie nains) des 17 statues de nains en pierre sur le mur entourant la maison.


Pourquoi les nains?

La légende:

Un gentilhomme de la région de Vicence avait une fille, Jana, au très beau visage mais au corps nain et difforme, qu´il aimait de tout son être. L´homme, qui adorait sa fille, voulant la protéger de possibles souffrances qui pourraient découler de sa difformité, fit construire cette grande villa, l´entourant d´une multitude de nains et naines prêts à satisfaire chaque désir de l´enfant, qui de cette façon ne pouvait pas se rendre compte de sa différence.

Il lui avait été interdit de se mettre à la fenêtre, et elle ne pouvait sortir de la cage dorée que son père avait construit autour d´elle. Elle vivait dans un monde fictif, ignorante de la réalité et de ce qui se passait au dehors. Mais la jeune fille était très intelligente et de nature curieuse. Ainsi, au cours des ans, après avoir exploré à fond la bibliothéque paternelle (de laquelle avaient été éliminés tous les ouvrages qui auraient pu révéler le secret qui pesait sur sa vie), Jana décida d´expérimenter personnellement le monde, en contournant les interdictions du père.

C´est ainsi qu´un jour, déjouant la surveillance, la jeune fille se mit à la fenêtre juste au moment où un très beau garçon à cheval, un prince, passait sur la route en contrebas. Le prince s´amourachât de la beauté de ce visage, mais quand elle sortit sur la terrasse et montra son corps, le garçon fuit horrifié. Jana appela désespérement et en vain son aimé en fuite. Ses différences emergèrent alors dans toute leur brutalité, et désespérée par son malheureux destin, la jeune fille s´ôta la vie en se jetant dans le vide.

On raconte que les nains, ses fidèles serviteurs, montés sur le mur de clôture pour assister aux évènements, en voyant la triste fin de leur petite maîtresse, se pétrifièrent immédiatement de douleur, et encore aujourd´hui on peut les admirer dans cette pose, telles de nombreuses sculptures décoratives, à la Villa Valmarana, connue partout comme la "Villa des nains".

6 commentaires:

  1. Que de merveilles architecturales cette ville recèle !
    C'est l'éblouissement ...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Christiana, alors là (une fois de plus ) tu nous gâtes !! Boire un peu d'eau de Seltz en mirant cette magnifique ville de Vicenza qui ressemble à s'y méprendre à Venise ..et pour cause et tu l'expliques fort bien dans ce billet. L'Italie me met en joie. Il faut que j'y retourne !! En tout cas , bravo et merci pour ce super billet explicatif et passionné !! Bon mercredi à toi !!

    RépondreSupprimer
  3. Cara Christiane, dunque sei riuscita ad arrivare anche alla villa Rotonda del Palladio! Hai fatto uno splendido reportage sulla "mia" città (ma io abito in provincia, ai piedi dell'altopiano di Asiago), te ne sono grato perchè le bellezze che contiene meritano di essere conosciute e visitate. Un caro saluto.

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir Christiana,
    Une ville plein de charme et un article pas moins charmant qui ajoute aux photos tes dessins (j'envie ce don et ce travail) et la légende. J'adore les contes, les légendes et leurs morales. Chacun réfléchira au sens de cette histoire.

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir que de merveilles, superbes et tes aquarelles toujours aussi magnifiques ton tableau acrylique je l'aime beaucoup, merci bonne soirée

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour chère Christiana,

    Tu nous combles d'émerveillement avec toutes ces riches photos. Une architecture époustouflante... Tes aquarelles sont brillantes et étoffées de sentiments. Toi, qui a rêvé de visiter ces lieux te voilà comblée et tu nous enrichis également par ce très joli reportage.

    Je t'embrasse,
    Gros bisous ♡

    RépondreSupprimer

Vous pouvez me laisser un petit commentaire...