vendredi 20 novembre 2009

deuxième souche

La voici donc terminée
Jaillie de sa souche
Avec une main pas encore libérée

Un peu triste? Peut-être...Mais moi, libérée d'elle. Mal au dos et aux mains, trop pétri de terre ces derniers jours et j'ai dû la terminer juchée à genoux sur une chaise tournante montée au maximum pour arriver à ses cheveux car sur sa souche elle était devenue trop haute... De plus, elle menaçait à tout moment de s'effondrer car je ne vous parle pas du poids de la souche. Quelle galère!

Comme dit mon ami et néanmoins médecin Dourvac'h, il est temps que je me ménage et me repose.

Et surtout sortir. Cette fin novembre est si belle, le soleil si doux et le jardin si lumineux, si chatoyant.

9 commentaires:

  1. coucou, magnifique cette naissance d'une déesse de sa souche, une splendeur, je comprend que tu aie mal au dos et aux mains, quel bouleau.
    bon WE à bientôt

    RépondreSupprimer
  2. Le résultat est à la hauteur des efforts fournis! J'aime beaucoup son visage mélancolique.
    Merci pour ta participation au défi poétique et bon WE. La mansardienne

    RépondreSupprimer
  3. Un temps idéal pour une balade en forêt !

    RépondreSupprimer
  4. Votre première femme souche était déjà magnifique, celle-ci l'est tout autant : vous avez réussi votre "pari", et j'imagine que ce n'est pas facile, de réaliser deux oeuvres similaires... Motivation, volonté et rigueur doivent être des qualités que vous possédez. Profitez bien de ce week-end qui s'annonce tout aussi doux que cette fin de semaine...

    RépondreSupprimer
  5. Je vous remercie de votre passage chez moi...Je débute en poésie depuis mai dernier et suis en train de revoir toutes les incorrections faites depuis ce début...
    Je vois que vous êtes une professionnelle de l'art ou une perfectionniste ou les deux réunies! car le résultat en vaut la chandelle! C'est beau et rempli d'émotion...Continuez surtout!

    RépondreSupprimer
  6. un repos mérité t'attend ...on se mettrait bien à l'abri certains jours dans une souche pour oublier le monde fou ! ta sculpture est superbe!

    RépondreSupprimer
  7. Le presbytère n'a rien perdu de son charme ni le jardin de ses secrets... et ta Belle surgissant de sa souche avec sa belle Tristesse est d'une poésie mélancolique exquise... "Un monde exclusivement mono-féminin, sans hommes, sans couples, sans vieillards et sans enfants, ça doit être très (...)"... beau, au fond... euh... enfin, seulement en terre d'Impruneta ou en couleurs acryliques, bien sûr... (sourire) !!! Repose-toi maintenant, chère Christiana... tu l'as bien mérité... Oui, écouter les docteurs es âmes, de temps à autre... et si tu le veux, un interview TRES superficiel sur ton monde TRES féeminin (et pudique aussi) pourra - je l'espère - exister, un jour... Bises d'Ami...

    RépondreSupprimer
  8. Un regard d'une douceur exquise et une photo belle comme un coeur... Que veux-tu, le Fait Minin existe...

    RépondreSupprimer
  9. Oui Docteur Dourvac'h, je vais me reposer!
    Et comme tu peux le voir à la page suivante dans la chorale, mon monde n'est pas exclusivement mono-féminin mais aussi peuplé d'enfants...Et parfois d'hommes ou de couples.

    RépondreSupprimer

Vous pouvez me laisser un petit commentaire...